Fin de la suspension de Richard Martel

Richard Martel a été sanctionné par la FFHG... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Richard Martel a été sanctionné par la FFHG le 27 mars 2015 pour des événements qui se sont produits quelques jours plus tôt, pendant un match de séries éliminatoires de la Ligue Magnus entre les Brûleurs de Loups de Grenoble et les Ducs de Dijon. Pendant cette partie, il a ordonné à l'un de ses joueurs de s'en prendre au gardien du club adverse.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

La suspension imposée à Richard Martel, le printemps dernier, par la Commission disciplinaire de première instance de la Fédération française de hockey sur glace, a pris fin mardi. L'entraîneur chicoutimien n'a donc plus aucune entrave devant lui, mais il ne peut dire pour l'instant ce que lui réserve l'avenir.

Richard Martel a été sanctionné par la FFHG le 27 mars 2015 pour des événements qui se sont produits quelques jours plus tôt, pendant un match de séries éliminatoires de la Ligue Magnus entre les Brûleurs de Loups de Grenoble et les Ducs de Dijon. Pendant cette partie, il a ordonné à l'un de ses joueurs de s'en prendre au gardien du club adverse.

Dès le lendemain de l'incident, il a été congédié par les Brûleurs de Loups. Cette sanction a été suivie, quelques semaines plus tard, d'une suspension de dix mois, dont deux mois avec sursis, de la fédération française. Prise en mars, cette décision n'a été annoncée qu'un mois plus tard.

Maintenant qu'il peut fermer la porte sur cet autre épisode de sa longue carrière, Richard Martel n'en sait pas plus pour la suite. Il souhaite poursuivre sa carrière, mais il ne passe pas ses journées à surveiller son téléphone cellulaire dans l'espoir de l'entendre sonner.

«Il n'y a rien pour l'instant. Je n'ai fait aucune démarche jusqu'à maintenant», explique Martel.

«Si la possibilité de retourner en Europe se présente, j'y penserai. J'ai passé trois ans en Europe et ma conjointe ne peut jamais me suivre. Ça devient de plus en plus difficile d'être à distance. Si jamais je reçois une offre, je devrai y penser comme il faut.»

S'il ne peut dire s'il retournera en Europe un jour, l'entraîneur chicoutimien n'a visiblement pas été oublié en France. En septembre, une rumeur a circulé sur la possibilité qu'il se retrouve derrière le banc du Lyon hockey club. Elle a cependant été niée par le président de l'équipe.

Après avoir passé une bonne partie de l'été en Floride, Richard Martel est de retour à Saguenay depuis quelques semaines. Récemment, il a été vu à quelques reprises dans des arénas de la ville et sous les réflecteurs des médias. La préparation d'un retour derrière le banc d'une équipe? Peut-être. Mais l'offre qui le sortira de sa retraite forcée n'est pas encore arrivée. Ce qu'il a entendu jusqu'à présent ne l'a pas vraiment intéressé.

«J'ai eu des discussions, note l'ancien entraîneur des Saguenéens. Je ne peux pas vraiment en dire plus. J'ai eu des discussions dans le monde du hockey, mais ça ne faisait pas mon bonheur. Si quelque chose d'intéressant se présente, je la regarderai. Pour l'instant, je prends une pause qui me fait du bien.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer