Les Marquis accueillent Sorel-Tracy

L'entraîneur des Marquis, Claude Bouchard, espère que ses... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'entraîneur des Marquis, Claude Bouchard, espère que ses joueurs seront plus disciplinés, ce soir, contre Sorel-Tracy.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Marquis de Jonquière tenteront de faire oublier leur faux pas de vendredi dernier ce soir, au Palais des sports, alors qu'ils accueilleront les Éperviers de Sorel-Tracy. Ce sera d'ailleurs un week-end contre les finalistes de la Coupe Verdure, puisque samedi, la troupe de Claude Bouchard croisera le fer avec les champions de la saison 2015 à Thetford Mines, lesquels les avaient vaincus en demi-finale de la Ligue nord-américaine de hockey.

«J'ose imaginer qu'on va vouloir faire oublier le match d'ouverture de vendredi dernier. En fait, on veut surtout faire oublier les 30 dernières minutes du match», nuance le pilote des Marquis. «Je pense que si on joue 60 minutes comme on a joué les 30 premières minutes de jeu contre Laval, on devrait être correct. On a été bons à Laval dimanche. Donc, si on regarde dans l'ensemble, on a quand même été bons pendant 90 minutes sur 120.»

Au risque de se répéter, Claude Bouchard a rappelé que ses troupes devront être plus disciplinées et être meilleures sur les unités spéciales, tant en avantage qu'en désavantage numérique.

«Il faut trouver le moyen de jouer plus souvent à 5 contre 5. Quand on regarde le bilan de la fin de semaine, on a donné huit buts, dont six en avantage numérique et un pendant que nous étions en avantage numérique. À 5 contre 5, on n'en a donné qu'un en deux matchs. C'est certainement parce qu'on a fait des choses de bien. Il faut donc trouver une façon de diminuer notre nombre de punitions pour jouer plus souvent à 5 contre 5. (...) Il y a trop de bons joueurs ailleurs dans la ligue lors des avantages numériques pour qu'on puisse se permettre d'être indisciplinés.»

Simple équation

Pour le pilote des Jonquiérois, l'équation est simple. «Peu importe contre qui on va jouer, si on ne travaille pas, qu'on ne respecte pas les structures ou qu'on est trop indisciplinés, on va être dans le trouble. Par contre, si on fait ce qu'il faut, on va se donner une chance de l'emporter», insiste-t-il.

L'entraîneur-chef des Marquis souligne en outre que les Marquis n'ont pas été les seuls à connaître un week-end de .500. «Regardez les équipes qui ont joué deux matchs en fin de semaine. Elles ont toute une victoire, une défaite à l'exception de Saint-Georges et Cornwall qui n'ont joué qu'un match», fait-il valoir, en rappelant que c'est un bon exemple de la parité qui existe dans la ligue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer