Défaite de 7-5 à Saint-Eustache

Les Voyageurs souhaitent en finir ce soir

Les Bisons de Saint-Eustache ont évité l'élimination pour... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les Bisons de Saint-Eustache ont évité l'élimination pour un second match consécutif, hier, cette fois devant leurs partisans.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

Tirant de l'arrière 7-0 après deux manches, les Voyageurs de Saguenay ont montré aux Bisons de Saint-Eustache qu'ils ne leur feraient pas de cadeau pour autant dans cette série quart de finale. Les hommes de Robert Fatal ont même donné une petite frousse à leurs hôtes, hier, en effectuant une remontée de cinq points sans riposte avant de concéder la victoire 7-5.

La série est maintenant 3-2 en faveur des Voyageurs qui accueillent les Bisons au stade Richard-Desmeules ce soir à compter de 19h. Pour Robert Fatal, le duel de ce soir aura une tout autre allure. Ses protégés sont résolus à en finir avec Saint-Eustache et ils leur en ont donné un aperçu hier, avec la remontée, malgré la présence de l'as-lanceur Guillaume Blanchette au monticule, deux fois plutôt qu'une d'ailleurs.

Blanchette a en effet lancé les deux premières manches, avant de céder sa place à Jimmy Chabot en début de troisième puisque les Bisons profitaient d'une avance de 7-0, grâce notamment à un grand chelem de Jérémy Lanctôt en première. Mais voilà que les Voyageurs ont retroussé leurs manches pour monter de quel bois ils se chauffaient. Avec les buts remplis, Jean-Philippe Chagnon a donné le ton en produisant les deux premiers des trois points des siens dans cette manche. En quatrième, Steven Adam a frappé son premier circuit des séries pour réduire l'écart à 7-4. Devant la menace des Jonquiérois, les Bisons ont fait appel à Sam Bélisle en relève de Chabot. C'est d'ailleurs Bélisle qui a été crédité de la victoire après une manche et un tiers de travail, même si Blanchette a été ramené au monticule pour les deux dernières manches. La défaite est allée à la fiche de Derek Côté.

Malgré la défaite, Robert Fatal était de bonne humeur à l'autre bout du fil. Oui, ses troupes n'ont pas connu le départ escompté, mais le caractère qu'ils ont démontré par la suite et le goût de vaincre qui s'est enfin manifesté le rendent optimiste pour la suite des choses.

«On n'a vraiment pas eu le départ escompté. Derek (Côté) a connu des difficultés en début de match. Nous voulions garder le match serré durant toute la rencontre, mais on s'est retrouvés en difficulté à 7-0 après deux manches. J'ai alors amené Jean-Michel Tremblay en relève. Cela dit, je suis vraiment content de mes joueurs et du caractère dont ils ont fait preuve pour remonter. Avec une avance de 7-0, les Bisons pouvaient enlever Blanchette et le garder pour le prochain match. On s'est alors passé le mot pour revenir dans le match et faire des points. On les a vraiment bousculés ensuite. En sixième, ils ont ramené Blanchette parce qu'on perdait par deux points et qu'on avait trois gars sur les sentiers. On a réussi à faire un point, puis en septième, on ne voulait pas lui donner une manche facile. On voulait le forcer à faire plusieurs lancers et on a fini avec deux coureurs sur les buts», a relaté le grand manitou des Voyageurs.

Ce qui le réjouit le plus, c'est le feu qui anime désormais ses troupes. «Pour la première fois dans cette série, j'ai senti que mon équipe voulait gagner, et ce, à partir de la quatrième manche. Et ils ne voulaient pas juste gagner ce match-là, mais la série. J'ai senti mes gars se fâcher et jouer avec de la hargne. Je suis super content qu'on soit revenu dans le match et d'avoir suscité de la crainte dans l'autre camp. Après notre mauvaise performance de mercredi où les gars avaient pris le match trop à la légère, je sens qu'ils veulent vraiment en finir. Dans la chambre, ils n'arrêtaient pas de dire que c'est demain (ce soir) qu'on finit ça. Avant, les gars ne parlaient pas de ça. C'est vraiment venu d'eux. On a fait une bourde mercredi, mais je sens qu'on est prêt à gagner la série», estime Fatal, qui compte bien sûr sur l'appui d'une foule massive et bruyante au stade Richard-Desmeules. «Si les spectateurs peuvent nous donner cette énergie-là en début de match, nous allons faire le travail et batailler pendant sept manches», a conclu Fatal qui misera sur Édouard Delage au monticule.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer