En Australie avec les meilleurs planchistes

Camp fructueux pour Océane Fillion

Océane Fillion a profité du camp en Australie... (Photo Courtoisie)

Agrandir

Océane Fillion a profité du camp en Australie avec l'équipe nationale pour améliorer sa technique.

Photo Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

La planchiste de Saguenay Océane Fillion n'aura pas eu le temps de perdre le rythme des pentes enneigées cet été. Après un premier camp avec l'équipe nationale à Whistler (C.-B.) en juillet, la spécialiste du slopestyle revient à la fois enchantée et plus aguerrie d'un deuxième camp avec l'équipe canadienne qui s'est tenu en Australie.

L'athlète, qui a célébré ses 17 ans mercredi dernier, est revenue à la fin août d'un séjour de trois semaines au pays des kangourous où elle a beaucoup appris. «Ç'a super bien été. C'est un camp vraiment productif et ç'a valu la peine d'y aller», affirme Fillion avec enthousiasme.

«Les conditions de neige, les parcs à neige et les installations étaient super beaux. En trois semaines, j'ai pu me remettre dedans, pratiquer ce que je sais déjà et apprendre de nouvelles figures qui me serviront dans mes descentes la saison prochaine», a-t-elle indiqué. «Ce fut une expérience super enrichissante et c'est sûr que l'an prochain, je vais y retourner. Mon coach (de l'équipe nationale), Chris Witwicki, dit que c'est le plus important.»

Rappelons qu'Océane est la seule Québécoise âgée de moins de 18 ans des quatre membres masculins et féminins du programme NextGen de Snowboard Canada.

Côtoyer l'élite

La Saguenéenne a aussi bonifié son apprentissage auprès de l'élite de son sport. «Toutes les pros de tous les pays étaient en Australie à cette période de l'année. Juste de les côtoyer, c'était super!» Elle a aussi la chance de suivre les traces (et les conseils) de Laurie Blouin, qui a récolté son premier podium en Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. «Je la connais très bien parce qu'elle vient du Québec. Nous étions dans la même chambre (durant le camp)», mentionne Océane qui peut s'en inspirer. «Je sens que je ne suis pas trop loin, même si je sais qu'il reste encore beaucoup d'étapes. «Je connais les standards que ça prend pour les coupes du monde et comme je m'entraîne avec (Laurie), je vois son évolution», ajoute la Saguenéenne en rappelant que Blouin a fini 2e derrière la championne olympique, Jamie Anderson.

D'autre part, durant le camp d'entraînement, la Saguenéenne espérait participer au World Rookie Tour dans l'espoir d'amasser suffisamment de précieux points FIS pour obtenir sa place aux Jeux olympiques de la jeunesse d'hiver en février 2016. Malheureusement, la compétition n'a pas eu lieu, mais ce fut un mal pour un bien à ses yeux. «Ce fut encore mieux parce que ça m'a permis de me concentrer pleinement sur la pratique quotidienne et m'améliorer sans avoir le stress de la compétition.»

Par contre, elle devra faire une bonne provision de points en prenant part à une épreuve aux États-Unis en décembre si elle veut obtenir son billet pour les Jeux de la jeunesse, car une seule place est disponible chez les juniors. Normalement, elle devrait profiter du camp au Colorado pour tenter le coup. Actuellement, Océane est deuxième au classement junior derrière Baily McDonald, l'autre fille du programme NextGen.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer