Défaite de 3 à 2 des Sags à Québec

Du positif dans la défaite

Yanick Jean retient beaucoup de positif de la... (Photo Erick Labbe Le Soleil)

Agrandir

Yanick Jean retient beaucoup de positif de la défaite de 3-2 à Québec.

Photo Erick Labbe Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Saguenéens ont perdu un premier match préparatoire, hier, contre les Remparts à L'Ancienne-Lorette, mais ce n'est pas ce qui retenait l'attention de l'entraîneur-chef Yanick Jean après coup. Il retenait beaucoup de positif de la défaite de 3-2, particulièrement de sa très jeune brigade défensive.

Avec quatre défenseurs de 16 ans et seulement Frédéric Allard avec de l'expérience de la LHJMQ à la ligne bleue, le pire était à prévoir pour les Chicoutimiens. Mis à part le début de match, où les locaux ont enfilé leurs trois buts, ils se sont plutôt bien débrouillés. Ils ont même dominé 36-31 au chapitre des tirs, mais le vétéran gardien Callum Booth était à son meilleur.

«Il faut qu'ils jouent et qu'on travaille avec eux. C'est la manière qu'on va y arriver. Individuellement, c'est incroyable le positif avec nos défenseurs. Maltsev a été le meilleur sur la patinoire et il a joué plus de 30 minutes», de louanger le pilote des Bleus, ajoutant que le défenseur russe de 17 ans s'était retrouvé pour la première fois de sa vie sur une petite patinoire.

Avec moins de dix minutes à faire, Nicolas Roy a inscrit les Sags au pointage en avantage et a été suivi quelques minutes plus tard du Russe Dmitry Zhukenov. Les régionaux ont bien tenté de pousser la rencontre en prolongation, mais la barre horizontale a dit non à Nicolas Roy avec une trentaine de secondes à faire. Après la rencontre, l'entraîneur-chef n'a pas manqué de souligner encore une fois le leadership de ses vétérans, cette fois sur une patinoire adverse. «C'est juste le fait que les gars n'ont pas lâché et que certains ont rebondi», a noté Yanick Jean.

«Xavier (Potvin), c'est un gros point positif en partant. Il a donné trois buts rapides en premier et a rebondi par la suite. C'est ça des jeunes. On s'en attend un peu quand on va sur la route. Durant l'année, on s'entraîne sur une petite glace avant d'aller sur la route et dans le camp on ne s'en préoccupe pas. Ça fait une différence. Les dix premières minutes, on était vraiment chancelants, mais le reste, je pense qu'on a joué un solide match», d'estimer Yanick Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer