Défaite des Voyageurs contre Granby

Sans enjeu ni entrain

Les bâtons des Guerriers de Granby ont résonné... (- Photo le progrès-dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Les bâtons des Guerriers de Granby ont résonné dès la première manche dans une importante victoire de 13-9 qui les garde dans la course aux séries.

- Photo le progrès-dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Voyageurs ont joué parce qu'ils devaient jouer leur dernier match de la saison régulière hier soir au Stade Richard-Desmeules. Pas tellement plus intéressés même s'ils sont dans une lutte pour la dernière place donnant accès aux séries et avec seulement neuf joueurs, les Guerriers de Granby ont signé une importante victoire de 13-9 dans un match où l'action était souvent plus dans les estrades que sur le terrain.

Pour les Voyageurs, la rencontre ne voulait rien dire, eux qui sont déjà assurés de la septième place et d'un affrontement contre la dixième place au premier tour. Ils n'avaient donc rien à gagner, ce qui s'est ressenti sur le terrain. Au fil du match, qui a rapidement tourné à l'avantage des visiteurs, plusieurs vétérans ont laissé leur place à des plus jeunes. Jean-Michel Aquin a obtenu le départ et quand il a quitté en deuxième manche, c'était déjà 8-0 en faveur des Guerriers. En retard 9-0, les régionaux ont marqué quatre points en fin de troisième, ce qui a été suivi de quatre points de leurs adversaires. Profitant des largesses défensives, ils ont tonné de nouveau en cinquième avec cinq points, mais l'écart était déjà trop prononcé pour vraiment espérer un revirement de situation.

«Pour nous, la chose la plus importante était de sortir de ce match-là sans blessé. Il y a une bataille au classement, mais ce n'est pas notre responsabilité. On a commencé avec notre alignement et ils ont frappé Aquin au début et par la suite, il a commencé à manquer de jus. Ce qui me faisait le plus peur, c'était de perdre un gars comme Vincent Knerr en raison d'une blessure», a expliqué après la rencontre l'entraîneur-chef Robert Fatal qui s'est défendu d'avoir donné la victoire aux Guerriers que les Voyageurs pourraient retrouver en séries éliminatoires. Il n'utilisera toutefois pas les mêmes stratégies avec un enjeu plus gros.

«Que ce soit Gatineau, Longueuil ou Repentigny, ça ne me dérange pas. Tout le monde a eu 50 matchs pour se faire valoir. C'était leur responsabilité de l'emporter», a-t-il plaidé. On a manqué 171 matchs ratés en raison des blessures. Il faut qu'à partir du jour 1 des séries, on ait tout le monde en santé. Christopher Stanford était prêt à jouer et je lui ai dit de prendre du repos.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer