Bourse d'études complète

Marie-Alexandre Leduc à Clemson

Marie-Alexandre Leduc se rendra à l'Université Clemson dans... (- photo le progrès-dimanche, michel tremblay)

Agrandir

Marie-Alexandre Leduc se rendra à l'Université Clemson dans les prochains jours.

- photo le progrès-dimanche, michel tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Jonquiéroise Marie-Alexandre Leduc a reçu une bourse d'études complète de l'Université Clemson, en Caroline du Sud. L'institution voulait tellement pouvoir compter sur Leduc qu'elle a accepté de pourvoir à l'ensemble de ses dépenses pour la prochaine saison, même si la joueuse ne pourra participer à des tournois de la NCAA avant 2016-2017.

Environ 50 universités américaines ont approché Leduc. La joueuse a un instant cru qu'elle ne pourrait jouer en division 1, en raison de règles administratives de la NCAA, mais une lettre envoyée aux plus hautes instances de la ligue universitaire a réussi à faire changer les choses. «Comme j'ai fait mon secondaire en six ans au lieu de cinq, puisque je m'entraînais au tennis, je perds une année d'éligibilité. En fait, je ne peux pas jouer NCAA l'an prochain, et il me restera trois ans à jouer ensuite. Clemson accepte de payer pour ma première année quand même, en plus de payer pour un total de cinq années scolaires, même si je ne peux en jouer plus que trois. Clemson est dans le top 15 de la division 1. Il s'y joue du très bon tennis.»

Leduc s'envolera pour les États-Unis dans les prochains jours. Elle a su jeudi qu'elle recevait la bourse complète, ce qui inclut les frais de scolarité, l'appartement, la nourriture, tout ce qui concerne le tennis, les vêtements, etc.

«Je suis allée visiter l'université et j'ai bien aimé ça. J'aurai deux entraîneuses. Depuis Caroline Delisle, ici à Arvida, je n'avais pas eu de femme entraîneuse. Je pense que ça ira très bien. J'ai parlé aux filles de l'équipe et elles m'ont semblé sympathiques.»

L'athlète de 17 ans participera à des tournois de l'International tennis federation (ITF) afin de garder la main durant son année d'inéligibilité. «Marie-Alexandre était une joueuse très recherchée par les universités parce qu'elle est dans le top 10 des joueuses qui ont décidé d'aller jouer universitaire. Plusieurs autres préfèrent tourner pro. Pour elle, c'était toutefois la meilleure option, puisqu'une saison pro coûte 100 000$ et que son classement, présentement, est très bon en double, mais un peu moins en simple puisqu'elle a été blessée, explique son père, Jean-François. Ce n'est vraiment pas un gros risque pour nous parce qu'elle est obligée de jouer seulement un an pour eux, donc l'an prochain, et peut ensuite décider d'aller chez les pros sans être pénalisée.»

Marie-Alexandre Leduc, en raison de son âge, avait le choix entre aller à l'université, tenter sa chance chez les pros ou tout simplement arrêter le tennis. Elle n'était plus éligible à poursuivre son entraînement au centre national. «Le fait d'aller à l'université lui permettra d'acquérir une maturité physique et mentale intéressante. À 17 ans, elle est dans le top 300 au monde en double, quand même», note son père.

L'athlète étudiera en «pré-médecine» dès l'an prochain, dans une université reconnue pour la qualité de ses installations sportives, avec en outre un stade de football pouvant accueillir jusqu'à 80 000 personnes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer