Maintenant au 8e rang

Le Rocket balayé par les Voyageurs

Après avoir été poussé par Vincent Knerr, Anthony... (- Photo le progrès-dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Après avoir été poussé par Vincent Knerr, Anthony Martin a dûêtre retenu par son entraîneur pour éviter une mêlée générale.

- Photo le progrès-dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Recevant la pire équipe de la Ligue de baseball élite du Québec hier, cette fois, les Voyageurs (17-25) n'ont pas trébuché. Ils ont mis en banque deux très importantes victoires, même si le Rocket de Coaticook (5-39) n'a pas été une proie facile.

Les Jonquiérois ont signé des victoires de 5-3 et 9-6 et ont maintenant remporté leurs quatre derniers matchs. Cette heureuse séquence leur permet de pointer au 8e rang du classement général, devançant de peu Gatineau, Longueuil, Laval et Granby, équipe qui sera au stade Richard-Desmeules pour un autre programme double dimanche. Ils se retrouvent également à un demi-match de Repentigny au 7e échelon. «On sent que les gars travaillent dans un but commun et où ils veulent s'en aller et surtout ne pas rater. Ce n'est pas fini, mais ils ont embarqué sur le bon rythme», a confié l'entraîneur-chef Robert Fatal à l'issue de la journée.

Dans un premier match très mouvementé, le lanceur partant Vincent Knerr a même été expulsé après trois points des visiteurs en début de quatrième manche, ce qui leur permettait de mener 3-2. Sur le dernier retrait, un faible roulant sur la ligne du premier but, Vincent Knerr a appliqué un peu fortement son gant sur le frappeur Anthony Martin qui s'est retrouvé au sol. Il s'en est fallu de peu pour qu'une mêlée éclate, et après coup, le vétéran des Voyageurs a été expulsé et automatiquement suspendu pour la deuxième partie. Comme c'était la cinquième fois de la saison qu'un joueur des Voyageurs se faisait montrer la porte de sortie, l'entraîneur Robert Fatal a également dû regarder la deuxième rencontre depuis les estrades. Ce n'était pas la première fois du match que les deux équipes s'échangeaient les politesses au moment des événements. «Un gars comme Anthony Martin, qu'aucune équipe n'a repêché, je trouve qu'il s'en permet beaucoup», a lâché Robert Fatal.

«J'ai demandé aux gars plus d'émotion, mais là, on a traversé la ligne. On s'est laissé un peu emporter», a-t-il ajouté, confirmant qu'après avoir lancé quatre manches, Knerr sera de nouveau sur la butte dimanche. «On est à la clôture. On n'a plus le temps de niaiser», de rappeler Fatal.

En relève, aidé par sa défensive à quelques moments, Jean-Michel Tremblay a été impeccable lors des trois dernières manches. L'attaque est ensuite allée chercher deux gros points en sixième pour briser une égalité de 3-3. Avec Jean-Michel Acquin au deuxième but et un retrait, la stratégie du «court et frappe» a parfaitement fonctionné, et Jean-Michel Tremblay a lui-même inscrit le point d'assurance sur un double vol parfaitement exécuté. «Il faut qu'on utilise nos forces», a laissé tomber l'entraîneur en parlant de la vitesse des siens, ne manquant pas de parler en bien de son jeune lanceur. «Il comprend bien quand laisser aller son bras et quand se retenir. Il a un très bon changement de vitesse et il déjoue les frappeurs. Quand il va mieux maîtriser sa courbe, il sera un gars tannant à affronter», a-t-il prédit.

Les trois autres points des locaux ont été inscrits sur des circuits, de deux points d'Alexandre Morinville et de Steven Adam.

Dans la deuxième rencontre, les Voyageurs ont cogné leur troisième longue balle, eux qui n'en comptaient qu'un seul avant samedi. Auteur du premier de la saison, Justin Lévis a remis ça en troisième manche avec une claque bonne pour deux points. Les Voyageurs ont ajouté quatre points à la manche suivante et deux autres à la cinquième pour se forger un coussin qui semblait très confortable.

Les visiteurs ont toutefois rendu les choses intéressantes avec deux points en sixième et deux autres en septième, avant que Philippe Saad s'amène pour mettre fin à la rencontre. «On ne pouvait pas risquer de perdre ça», de trancher Fatal qui le renverra au monticule également cet après-midi.

À son premier départ avec les Voyageurs, Derrick Philibert n'a cédé que deux points et cinq coups sûrs, en cinq manches de travail.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer