Les Aigles y ont cru, mais...

Les Aigles ont poussé jusqu'en fin de neuvième... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Les Aigles ont poussé jusqu'en fin de neuvième manche, mais ont été incapables de compléter la remontée face aux Champions d'Ottawa.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Si la rivalité à venir entre les deux équipes est à l'image du premier match, on ne s'ennuiera pas les soirs de rencontres entre les Champions d'Ottawa et les Aigles de Trois-Rivières.

Profitant d'une sortie très pénible du partant Ryan Bollinger, les Champions ont inscrit huit points dans les quatre manches initiales et ce fut suffisant pour vaincre les Aigles 9-8, malgré une fin de partie mouvementée qui a forcé les partisans à rester au bout de leur siège.

Misant sur une confortable avance de 9-3, les Ottaviens ont attaqué la neuvième avec une bonne dose de confiance, mais ils ont eu besoin de trois releveurs (Dan Meyer, Nick Purdy, Alan DeRatt) pour finalement s'imposer devant les teigneux Oiseaux.

Mateo ravive la flamme

Un grand chelem de Daniel Mateo a ramené les locaux dans le coup alors qu'il y avait deux retraits, puis une erreur en défensive a permis à Kyle Lafrenz d'atteindre les sentiers. Sasha Lagarde a suivi avec un simple, puis Eric Grabe, qui a connu un bon match au bâton, a enchaîné avec un but sur balles.

Les coussins étaient donc tous remplis pour Craig Hertler, qui a su produire le huitième point à l'aide d'un simple. Sur la séquence, Lagarde, parti du deuxième, a tenté de rejoindre Lafrenz au marbre pour créer l'égalité 9-9, mais il a finalement choisi de retraiter au troisième.

Sauf que l'arrêt-court des Champions, Daniel Bick, a été en mesure de toucher à la balle frappée par Hertler et il a eu la présence d'esprit de remettre au troisième, afin d'épingler Lagarde. Le Québécois a tenté tant bien que mal de plonger vers le coussin, mais Albert Cartwright l'a touché pour mettre fin au débat de la plus dramatique des façons.

Bref, la neuvième manche a sauvé un match qui n'allait nul part pour Trois-Rivières. Les Champions, de leur côté, pouvaient enfin célébrer une victoire bien méritée.

Du caractère

«C'était le jeu à faire pour Sasha, commentait le pilote en chef Pierre-Luc Laforest. Moi aussi, je voulais qu'il marque, c'était ça le signal. On peut parler d'une victoire morale, on a démontré beaucoup de caractère et ça, je vais leur rappeler demain (ce soir).»

«J'espère que ce ne sera pas comme ça dans tous nos affrontements, car je vais faire une crise cardiaque», rigolait Hal Lanier, le gérant des Champions qui, à 73 ans, est toujours animé par la même passion pour le baseball.

«On a travaillé fort ce soir, c'était un bon duel. Bick a joué avec brio la dernière balle, il a sûrement sauvé le match pour nous. En plus, notre lanceur partant (Nate Baker, cinq manches lancées et cinq coups sûrs accordés) a été brillant.»

Bryce Massanari et Matt Tenaglia ont chacun récolté trois points produits, tandis que l'ex-Capitale Sébastien Boucher a marqué à trois reprises.

Chez les Aigles, en plus de Mateo et Grabe, Lafrenz (deux points marqués) et Hertler (trois points produits) ont connu une bonne sortie. Mais ce qui retenait l'attention, c'était la piètre performance du géant gaucher Ryan Bollinger, une autre dans son cas.

En quatre manches et un tiers, il a distribué 13 coups sûrs et quatre buts sur balles aux visiteurs, en plus d'atteindre deux frappeurs. Ses neuf points accordés étaient tous mérités.

«Il va falloir que ça change, bougonnait Laforest. Rendu là, c'est à lui de faire les ajustements, il faut arrêter de chercher les excuses et commencer à produire. Tout se passe entre les deux oreilles. Sa glissante, sa rapide et son changement de vitesse demeurent les mêmes, mais il faut qu'il change son approche.»

Carnet de notes

> Steve Brown a quitté le match en septième, visiblement blessé à un muscle ischio-jambier. Jon Smith l'a remplacé comme voltigeur de centre. On en saura plus sur sa condition aujourd'hui...

Trois-Rivières a mis fin à une séquence de sept victoires à domicile...

Le releveur des Champions, Drew Cisco, est le petit-fils de l'ancien instructeur des lanceurs chez les Expos Galen Cisco (1980-1984)...

Les deux équipes se retrouvent de nouveau ce soir pour le deuxième match d'une série de quatre. On s'attend à un duel de lanceurs alors qu'Andrew Werner fera face à Matthew Rusch pour les Aigles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer