Gala amateur K.-O. Extrême

Deux vainqueurs en finale

Mohamed Ali, Rocky Balboa, Nicolas Martel et Stéphane... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Mohamed Ali, Rocky Balboa, Nicolas Martel et Stéphane Ouellet dans le ring à Desbiens

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dominique Gobeil
Le Quotidien

Nicolas «Ali» Martel et Stéphane «le Poète» Ouellet sortent tous les deux vainqueurs de la grande finale du gala amateur K.-O. Extrême. Le maire de Desbiens s'est même transformé en Rocky Balboa en plus de Mohamed Ali sous l'effet de l'hypnose.

Martel a réservé cette surprise aux centaines de personnes déchaînées rassemblées hier soir sous le chapiteau derrière l'hôtel de ville, qui étaient bien curieuses de voir l'issue de ce combat. Les boxeurs amateurs des clubs de la région leur ont aussi servi de chaudes luttes.

L'ambiance était survoltée lors de l'avant-dernier combat entre Dany Girard de Alma Projet cardio et le gagnant William Paquet du Club de boxe de Jonquière, qui ont versé un peu de sang, mais elle a atteint de nouveaux sommets lorsque Nicolas Martel et Stéphane Ouellet se sont présentés sur le ring.

«Vous allez vivre un moment historique», a bien résumé de sa voix forte l'animateur Klöd «Buffer» Genest. L'hypnotiseur Romain Gagnon a d'abord endormi le maire, qui au compte de trois s'est mis à sautiller sur le ring dans la peau de Mohamed Ali.

Martel, qui était clairement le chouchou de la foule, a été sonné lors du premier round par un direct rapide à la tête, mais s'est bien défendu par la suite en envoyant son adversaire au plancher.

«Ce n'est pas facile de se battre contre un professionnel. Ça fait 30 ans qu'il fait ça, les mouvements sont automatiques pour lui. Il a été respectueux, parce qu'il aurait pu me coucher facilement», confie le maire après le gala, qui remettait tranquillement en place les souvenirs dans sa tête.

Le maire Martel a eu plusieurs rencontres avec l'hypnotiseur Romain Gagnon pour apprendre à contrôler la douleur et l'anxiété, mais pour atteindre l'état d'hier soir, les intrusions dans son esprit ont été plus profondes.

«L'hypnose sportive est devenue un incontournable chez les athlètes de haut niveau. Ça aide beaucoup pour la concentration, mais ce soir, on veut donner un spectacle», a confié avant le combat M. Gagnon, qui a avoué avoir de la pression sur les épaules quant au succès du maire.

Lorsque la force de Mohamed Ali n'a plus suffi, il a insufflé celle de Rocky à Nicolas Martel pour rehausser la performance. Le maire s'est alors mis à crier le nom de sa bien-aimée Adrienne de tout son coeur, le visage crispé par l'émotion. Il a même effectué des pompes pour la forme, imité par son rival. Les boxeurs se sont finalement donné l'accolade pour célébrer leur victoire commune.

soirée extrême

Dans les combats précédant la grande finale, le représentant du club KO96 de Victoriaville, Louka Beaudet, a fait crier son nom par la foule en envoyant deux fois au tapis le pugiliste de Alma Projet cardio, André Tanguay.

Le festival Desbiens extrême se poursuit aujourd'hui avec les qualifications pour le championnat mondial de pédalo et la dégustation de la «plus grosse tourtière au monde».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer