Défis sportifs

La présence féminine réjouit Pierre Lavoie

La troisième édition de la Grande Traversée du... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La troisième édition de la Grande Traversée du Canada à vélo se déroule pour la première fois de sa jeune histoire d'est en ouest. D'ici vendredi, un premier groupe d'une trentaine de jeunes et leurs accompagnateurs effectueront le tour du Lac-Saint-Jean en compagnie d'ambassadeurs prestigieux, dont Pierre Lavoie (GDPL) et les médaillées olympiques Dominique Maltais et Ashleigh McIvor.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

La gent féminine est de plus en plus présente dans la pratique sportive et ce constat réjouit Pierre Lavoie, cofondateur du Grand défi.

À l'instar de la Course au secondaire, les jeunes filles ont répondu massivement à l'invitation pour la Grande Traversée du Canada.

«Quand je vois la participation des femmes, qui sont souvent plus nombreuses que les garçons, autant dans la course à pied que dans le vélo maintenant, (...) c'est rassurant. C'est rassurant parce que la femme a des enfants et elle leur transmet ses valeurs. C'est la personne qui a le plus d'influence dans la maison», a-t-il souligné lors de son adresse aux jeunes.

Même son de cloche du côté du fondateur de la Grande Traversée, Laurent Brisebois. «Depuis deux ans, la participation des filles, c'est extraordinaire. (En lançant ce projet), je m'attendais à avoir un peloton de gars, mais on a vraiment beaucoup de filles et elles se dépassent. Vous l'avez vu avec nos championnes olympiques. C'est vraiment le fun de voir ça», a-t-il confirmé en entrevue.

La participation des Olympiennes Dominique Maltais (snowboardcross) et Ashleigh McIvor (skicross) ne pourra qu'inspirer encore plus de jeunes femmes à passer à l'action.

Pour Dominique Maltais, prendre part à la Grande Traversée était «une occasion rêvée de s'impliquer auprès des jeunes», en plus de lui permettre de rouler comme le veut son entraînement hors saison. «J'essaie toujours de m'impliquer auprès des jeunes parce que je sais que ça peut faire vraiment une différence. (...) Ces jeunes se sont fixé des objectifs. Ils ont mis beaucoup de temps et d'efforts pour les atteindre, tout comme moi pour aller aux JO. C'était important pour moi d'être présente pour les encourager à atteindre leurs objectifs», a déclaré l'athlète de Petite-Rivière-Saint-François. Johanne Saint-Pierre

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer