Fin de semaine parfaite

Dominic Léveillé a inscrit un tour du chapeau, avec trois buts en avantage... (Rocket Lavoie)

Agrandir

Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Julien Renaud
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Dominic Léveillé a inscrit un tour du chapeau, avec trois buts en avantage numérique, et les Marquis de Jonquière se sont imposés 5 à 2 contre les Prédateurs de Laval, hier, au Colisée de Laval. De facto, les Jonquiérois ont conclu une fin de semaine parfaite.

Après cette troisième victoire consécutive, l'entraîneur Dean Lygitsakos n'avait que de bons mots pour décrire la prestation de ses troupiers, spécialement ses «colmateurs de brèches». «On s'est présentés à Laval, où c'est vraiment difficile de gagner et où on a perdu 10-2 la dernière fois qu'on est passé, avec un alignement réduit par les blessures. Les joueurs qui sont venus donner un coup de main ont fait tout un travail. On a un week-end parfait dans des circonstances extrêmement difficiles!», a-t-il souligné.

«Dans le week-end au complet, on a donné quatre buts, deux buts à chaque match. Pour une équipe, comme je le dis, qui amène des joueurs à toutes les parties pour colmater des brèches, ce qui nous a aidés, c'est qu'on s'était comme objectif de réduire les chances de marquer contre nous. C'est mission accomplie», a-t-il renchéri.

Évidemment, Dean Lygitsakos n'a pu passer sous silence le travail de Dominic Léveillé et des unités spéciales. «C'est sûr que notre avantage numérique a été excellent ce soir et que le trio de Léveillé, Riendeau et Charette a ramassé la majeure partie de l'offensive. Je pense que le pointage n'indique pas l'allure du match, on aurait même pu gagner par un écart plus grand: on a raté plusieurs chances et leur gardien a fait de gros arrêts», a ajouté l'entraîneur.

Avec ce gain, les Marquis ont repris les devants au cumulatif des victoires entre ses deux équipes cette saison, après une défaite de 10 à 2, à Laval, et une victoire de 6 à 3, à Jonquière. «Il fallait respecter qu'ils nous avaient taillé en pièces la dernière fois qu'on avait joué à Laval. C'est une équipe qui mise sur beaucoup de vitesse et de talent. On a décidé de fermer le jeu et on a réussi à étouffer leur coup de patin», a fait valoir le pilote des Marquis.

Robustesse

Sans surprise, le duel a été le théâtre d'un jeu physique. «Laval, c'est une équipe qui carbure à l'ancienne mode. On a répondu avec cinq combats, on a joué physique, on a frappé. Notamment, Pierre-Luc Bouchard et Joël Roch, deux joueurs qui sont venus nous prêter main-forte, ont livré des matchs très physiques, dont des combats. En plus de défendre leurs coéquipiers, ils ont joué physique devant le filet, fait un bon échec avant. Des contributions comme ça, de joueurs de soutien, c'est très prometteur pour l'équipe», a salué Dean Lygitsakos.

En plus des trois buts de Léveillé, Jérémie Malouin (5e) et Yannick Riendeau (13e) ont noirci la feuille de pointage. Léveillé et Riendeau ont aussi obtenu une mention d'aide, alors que Francis Charette en a récolté trois. Peter-James Corsi et Jonathan Paiement ont chacun contribué à deux buts des Jonquiérois.

Les Marquis profiteront maintenant d'une petite pause pour célébrer le Nouvel An. Ils renoueront avec l'action la fin de semaine du 3 et 4 janvier, en visitant Sorel-Tracy et Cornwall coup sur coup.

«Avec les quatre points, on est à deux points de Sorel, avec une rencontre au sommet samedi», a conclu Dean Lygitsakos, visiblement enthousiaste.

Julien.renaud@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer