Les Sags méconnaissables

Réunis sur le même trio, Alexandre Ranger, Nicolas Roy et Laurent Dauphin... (Rocket Lavoie)

Agrandir

Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Réunis sur le même trio, Alexandre Ranger, Nicolas Roy et Laurent Dauphin étaient souvent et partout sur la glace du centre Georges-Vézina hier. Résultat : les locaux ont remporté une troisième victoire de suite devant leurs partisans, 7-3 sur le Drakkar de Baie-Comeau.

Laurent Dauphin a réussi un tour du chapeau et ajouté une passe, Nicolas Roy a participé à trois buts des siens. À son retour au jeu après une absence de trois semaines, Alexandre Ranger a obtenu une passe, ce qui ne rend pas nécessairement justice à la qualité de son travail face au Drakkar. À trois, ils ont dirigé pas moins de 17 tirs sur le filet adverse sur un total de 36, ce qui résume très bien leur soirée de travail. «Ranger, on a tout de suite vu l'énergie que son retour nous a amené", a souligné l'entraîneur-chef Patrice Bosch qui convenait dans son point de presse que la perte d'Alexandre Ranger, qui avait raté les six matchs précédents, était sous-estimée. «C'est ce qu'on explique depuis longtemps. Ce ne sont pas toutes les équipes qui ont des Ranger et des Dauphin. Quand il t'en manque un, ça fait un gros trou. Ces gars-là amènent une énergie et un petit quelque chose qui sont un peu inexplicables. Même s'il n'a pas trois buts, Ranger, sur le banc, son calme et son expérience, ça fait une différence ", d'indiquer Patrice Bosch, estimant que Nicolas Roy est de plus en plus à l'aise à l'aile droite.

«Avec le statut de leader que j'ai dans l'équipe, je n'avais pas le choix de jouer de cette manière. Les gars en avaient besoin et ça leur a fait du bien de pouvoir compter sur un joueur frais. On a vraiment bien rebondi avec la dernière fin de semaine», a pour sa part fait remarquer Alexandre Ranger qui est d'avis que la combinaison avec Nicolas Roy et Laurent Dauphin est gagnante.

Les locaux ont frappé tôt en avantage numérique sur le premier de Laurent Dauphin à la suite d'un tir de Samuel Roussy, mais le Drakkar a aussitôt répliqué, également en supériorité numérique. Les Sags ont pris les devants pour de bon à mi-chemin de l'engagement. Nicolas Roy a d'abord raté la cible, mais Dauphin a récupéré la rondelle pour battre le gardien du Drakkar Philippe Cadorette de vitesse.

En deuxième, Janne Puhakka a enfin débloqué deux fois plutôt qu'une après une disette de 12 matchs sans but. Il a d'abord surpris Cadorette d'un tir faible de la pointe, mais son deuxième, inscrit avec l'avantage d'un homme, ne faisait aucun doute, alors que son tir précis n'a laissé aucune chance au gardien de 19 ans. «Juste mettre plus de rondelles au filet, des fois ça tourne plus de ton bord. Il avait besoin de ce but, le premier. Je le dis tout le temps, il a tout un lancer. C'est tout un joueur. On a besoin de lui et il peut faire une différence, ce qu'il a fait ce soir ", a noté Patrice Bosch.

La rivalité reprend

Avec l'écart, les joueurs des deux équipes ont réglé des comptes en fin d'une interminable deuxième période ponctuée de pas moins de quatre bagarres. Le combat le plus violent a sans contredit été celui entre Bokonji Imama et Reid Halabi. Après plusieurs coups solides des deux côtés, le joueur du Drakkar a envoyé son adversaire au sol. Puis quelques secondes plus tard, Nicolas Meloche a frappé Laurent Dauphin derrière le but du Drakkar très longtemps après le sifflet, ce qui a occasionné une autre échauffourée. L'attaquant des Sags avait toutefois lancé sur Cadorette après avoir commis un hors-jeu.

En troisième, oublié dans l'enclave, Luca Ciampini a fait 4-2, mais Charles Guèvremont et Laurent Dauphin ont marqué coup sur coup pour assurer l'avance des Chicoutimiens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer