Surnommée la Fourmi atomique

Odette Michaud repousse les frontières

La jeune Camille Tremblay, 16 ans, a réussi... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

La jeune Camille Tremblay, 16 ans, a réussi une bonne prestation dans le cadre du Championnat provincial de dynamophilie présenté au club Mofo de Jonquière.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

(JONQUIÈRE) Il n'y a pas d'âge pour s'initier à une discipline sportive et y exceller. La preuve: Odette Michaud, surnommée la Fourmi atomique par les médias du Bas-Saint-Laurent, qui se distingue en dynamophilie (powerlifting).

Toute menue avec ses 4'11'' et ses 88 livres, l'athlète de 51 ans, de Pohénégamook, s'est initiée à la dynamophilie en 1999, parce que son chum était (et est encore) un adepte de cette discipline qui comporte trois épreuves de force, soit la flexion de jambe (squat), le développé couché (bench press) et le soulevé de terre (deadlift). «Il m'a entraînée là-dedans. Ça demande beaucoup de discipline. Je m'entraîne trois à quatre fois par semaine, entre trois heures et demie à quatre heures par jour. Au début, je ne voulais pas faire de compétition, mais seulement me mettre en forme», a raconté celle qui prenait part, hier, au Championnat provincial de dynamophilie tenu au club Mofo de Jonquière.

Comme bien des gens, elle aimait faire de la randonnée pédestre et du vélo, mais ne se considérait pas comme une sportive. Les premières fois, elle avoue qu'elle avait mal partout. Mais de fil en aiguille, elle a développé ses aptitudes, tant et si bien qu'en 2002, elle s'inscrit à une première compétition. «Quand j'ai réussi un soulevé de terre de 200 livres, j'ai commencé à faire de la compétition», raconte celle qui a été surprise de pouvoir accomplir un tel exploit.

Depuis, elle n'a cessé de progresser et de collectionner les honneurs tant sur la scène provinciale que nationale et même mondiale. Évoluant dans la catégorie des 47 kilos, elle a déjà réussi un soulevé de terre de 292 livres, soit 3,3 fois son poids, ce qui lui a valu son surnom de Fourmi atomique. Le fait de se retrouver en compétition contre des adversaires beaucoup plus jeunes qu'elle ne l'intimide pas. La toute menue dame est effectivement une force tranquille qui impressionne un peu partout où elle passe.

Mme Michaud a même remporté une médaille de bronze aux Championnats du monde de 2011. Une expérience qu'elle aimerait réitérer «si ce n'est pas trop loin», car elle doit assumer une bonne part des dépenses. Hier, à Jonquière, si elle n'a pas réussi ses meilleures performances, elle a tout de même assuré sa qualification pour le championnat canadien qui aura lieu à Terre-Neuve en avril prochain.

Quant à sa participation au Championnat du monde en octobre 2011, la charmante dame confie qu'elle n'aurait jamais pensé monter sur le podium. «Dans les championnats canadiens, je finis pas mal toujours première. Nous sommes pas mal de compétitrices, mais notre poids entre en ligne de compte. Donc, si je pèse moins, mais que je lève autant que l'autre, c'est moi qui l'emporte. Mais au Championnat du monde, je ne pensais même pas arriver troisième avec le nombre de participants qu'il y avait», mentionne celle qui compte continuer tant que son corps suivra.

Car en plus de l'entraînement et des compétitions, Mme Michaud occupe un emploi très exigeant physiquement chez Aliments Asta, à Saint-Alexandre-de-Kamouraska. Mais à son avis, le fait de s'entraîner comme elle le fait lui permet justement de perdurer dans son emploi.

Représentation régionale

Plusieurs athlètes de la région ont pris part au Championnat provincial de dynamophilie, mais il n'a pas été possible d'obtenir les résultats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer