Lent début de saison

Fortier prône la patience

Marc Fortier réside toujours à Québec, même s'il... (Michel Tremblay)

Agrandir

Marc Fortier réside toujours à Québec, même s'il est le directeur général des Saguenéens de Chicoutimi.

Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Emond
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Marc Fortier a posé plusieurs gestes pendant la période estivale dans l'espoir de permettre aux Saguenéens de Chicoutimi de connaître une bonne saison 2014-2015. Après 18 matchs, les résultats tardent toujours à se faire sentir et l'équipe doit se contenter de la 16e place au classement général de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Conscient que les critiques sont nombreuses, le directeur-gérant des Saguenéens croit qu'il est encore trop tôt pour dresser un bilan des transactions effectuées pendant l'été. Il estime qu'il faut attendre que tous les éléments de l'équipe soient réunis et en santé pour avoir une juste idée du travail accompli.

«Il est évident qu'il faut toujours remettre en question le travail effectué, mais je ne peux pas juger comme il faut le travail que j'ai fait ou celui que Pat (Bosch) a fait tant que nous n'aurons tous les éléments en place, avance Marc Fortier. Il serait erroné de lancer la pierre dans une direction ou une autre alors que nous avons eu tous nos joueurs dans seulement quatre matchs depuis le début de la saison. Nous avons gagné trois de ces matchs. Peut-être qu'une équipe avec une grande profondeur comme l'Océanic de Rimouski peut compenser plus facilement pour l'absence d'un Samuel Morin. De notre côté, quand on parle de Laurent Dauphin, Alexandre Ranger et Gabryel Paquin-Boudreau, on parle des trois meilleurs joueurs de l'équipe.

«Bien sûr, nous aimerions que tout le monde soit en santé et ça fait partie du hockey. Quand on regarde l'échange de Charles Hudon à Baie-Comeau, Ranger est blessé présentement, Paquin-Boudreau est blessé et Dominic Poulin n'est pas venu... Que peut-on y faire? On va attendre. Quand tous les joueurs seront de retour, on pourra mieux juger l'équipe.

«Si tu essayes de construire une maison et que je te demande de visser un clou avec un marteau, tu vas me dire que tu as besoin d'un tournevis. Il nous manque un marteau, un tournevis et une scie...»

Récentes performances

Ceci étant dit, Marc Fortier, les Saguenéens et leurs partisans peuvent s'accrocher aux plus récentes performances de l'équipe. À ses trois derniers matchs, elle a tout de même eu raison de deux des sept premières équipes au classement général, les Tigres de Victoriaville et le Phoenix de Sherbrooke.

Autre point encourageant, Samuel Hodhod, obtenu en juin via une transaction avec l'Armada de Blainville-Boisbriand, a finalement secoué sa torpeur en attaque en obtenant deux buts et deux passes, en fin de semaine.

«De la pression, il y en tout le temps et le hockey est relié à la victoire, fait remarquer Marc Fortier. Dans le cas de Hodhod, il ne joue pas mieux qu'il le faisait avant. Il a toujours travaillé fort et patiné. Il s'est toujours donné. En fin de semaine, il a réussi à produire et je suis content pour lui. C'est bénéfique pour nous également.»

Aucun regret

Alors que débute le mois de novembre, Marc Fortier assure ne regretter aucune des transactions effectuées au cours des derniers mois. Pour lui, le seul portrait important est celui qu'il pourra tracer à la fin de la saison.

«Votre (les journalistes) travail est d'analyser chaque pas qu'on fait alors que le nôtre est d'analyser le résultat final, indique Marc Fortier. Je sais que les partisans vont analyser chacun de nos pas et c'est bien normal. Je sais aussi qu'il y aura toujours des critiques. Quand le Canadien a gagné la coupe Stanley en 1993, les gens ont critiqué toute l'année parce que l'équipe avait des hauts et des bas.

«C'est normal, ça fait partie de la ''game''. Je sais que les partisans sont déçus et nous les sommes aussi. Nous aimerions avoir une fiche différente. Mais je ne lance pas la pierre et nous regarderons comme il le faut l'équipe quand tous nos joueurs seront en santé et sur la glace. Quand on connaîtra le résultat final, on pourra l'encenser ou le critiquer.»o

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer