Jésus notre sauveur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Ménard
Louis Ménard
Le Nouvelliste

Commençons par le commencement: ces prédictions seront mes dernières à titre de directeur de la section sportive du Nouvelliste. Eh oui, de nouveaux défis m'appellent après plus de huit années en poste.

Or, pour vous montrer que je ne suis ni méchant, ni rancunier et que j'ai même beaucoup d'empathie, je vais vous faire le plus beau des cadeaux: les p'tits gars, oui oui, vos favoris, vont enfin remporter leur 25e coupe Stanley quelque part en juin prochain.

Je sais, je sais, vous pensez que je me moque, que je n'ai aucun respect pour les traditions, que je ridiculise les efforts des Glorieux d'aujourd'hui qui tentent d'être à la hauteur de ceux d'hier.

Il y a un an, vous auriez eu raison.

Pas aujourd'hui.

Pourquoi? Un nom. Un seul. Carey Price.

On l'a attendu longtemps celui-là, mais il est enfin arrivé, le messie tant espéré. C'est le meilleur, point à la ligne. L'an dernier, aux Jeux de Sotchi, il a clairement démontré qu'il n'y a en pas deux comme lui. Les sceptiques disent qu'avec la défensive qu'il avait devant lui, n'importe quel panneau, cône orange ou photo laminée de Jennifer Lopez aurait mené au même résultat. Pour la photo, objet de distraction assurément, on ne peut être certain, mais pour le reste, c'est se mettre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude que de discréditer ainsi l'orgueil d'Anahim Lake. Contre les Lettons recroquevillés sur le prestidigitateur Kristers Gudlevskis, Jésus Price a fait honneur à son surnom. Même chose lors de la finale quand, avant que l'attaque débloque enfin, il a frustré les Suédois à quelques reprises.

S'il n'était pas tombé au combat quand le méchant Chris Kreider l'a coincé contre un de ses poteaux, je demeure convaincu que le Canadien aurait atteint la finale face aux Kings. Quand tu n'accordes pas de but, tes coéquipiers n'ont besoin de t'en donner qu'un seul pour gagner.

À défaut de croire en Dieu, je crois en Jésus.

Faut bien commencer quelque part...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer