L'emporter... et régler des comptes

Le Cool FM de Saint-Georges sera au Palais... (Photo Rocket Lavoie)

Agrandir

Le Cool FM de Saint-Georges sera au Palais des sports ce soir pour affronter les Marquis.

Photo Rocket Lavoie

Partager

Johanne St-Pierre
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Les Marquis de Jonquière auront certes des comptes à régler avec le Cool FM de Saint-Georges vendredi soir au Palais des sports et les 3 L de Rivière-du-Loup samedi au centre Premier Tech, mais l'entraîneur-chef Dean Lygitsakos souhaite que la réplique soit celle du talent.

Les Marquis n'ont pas apprécié la façon dont le Cool FM pavoise depuis sa victoire de 8-1 à leurs dépens samedi dernier dans un match de la Ligue nord-américaine. Lygitsakos n'a pas apprécié le ton des communiqués de Saint-Georges voulant que les Marquis se présentent avec la «rage au coeur» pour ne «pas revivre leur humiliante défaite de la semaine dernière. (...) On devra profiter des largesses des gardiens des Marquis pour l'emporter», peut-on lire sur le site du Cool FM.

«Il faut savoir avoir de la classe et je considère que les deux équipes qu'on affronte en fin de semaine n'en ont pas eue. Si ça les excite tant que ça de nous battre, ça veut dire qu'il nous voit d'un bon oeil. Mais ils (Saint-Georges) ont oublié, en contrepartie, qu'ils venaient jouer chez nous en fin de semaine. Quant à Rivière-du-Loup, ils ne doivent pas avoir hâte qu'on débarque», a rétorqué en substance Lygitsakos dont les Marquis n'ont toujours pas digéré le coup vicieux de Donald Brashear à l'égard de Gaby Roch lors de leur dernier passage à Rivière-du-Loup.

Cela dit, le pilote des Jonquiérois s'attend à ce que ses joueurs donnent leur plein rendement, malgré l'état des troupes. Ses protégés seront encore plus motivés, eux qui n'ont pas été en mesure de récolter un seul petit point au classement pour la première fois de la saison le week-end dernier. «J'haïs pas ça que les joueurs m'appellent et me disent qu'ils ne veulent pas en perdre une troisième. J'ai senti un sentiment d'urgence chez les joueurs, ce qui est plaisant. Mais on a un marathon à courir et on arrive vers la fin avec 15 matchs à jouer. À l'heure actuelle, je veux voir de la cohésion et je veux que les joueurs prennent la place qui leur revient.

«Les adversaires, c'est une chose, mais nous, nous avons un potentiel à réaliser et un niveau de jeu à atteindre. (...) J'aimerais voir nos unités bien faire et donner un effort pendant 60 minutes. Si je suis satisfait de plusieurs, je suis insatisfait de certains», souligne l'entraîneur-chef.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer