Une étape en moins

La première étape de Jonquière, qui empruntaiit notamment... (Archives Michel Tremblay)

Agrandir

La première étape de Jonquière, qui empruntaiit notamment le chemin Saint-Damien, ne reviendra pas.

Archives Michel Tremblay

Partager

Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) La Coupe des Nations U23 Ville de Saguenay sera amputée d'une étape en juin 2013. En effet, la première étape, un parcours relativement plat couru dans le secteur des rues Panet, Chemin Saint-Damien, et une partie du secteur Arvida, sera abandonnée afin de générer des économies.

En entrevue, le président de l'événement, Bernard Noël a expliqué que les membres du conseil d'administration en étaient venus à cette décision après avoir pris connaissance des états financiers de l'édition 2012. Au lieu de se dérouler du 6 au 9 juin, le rendez-vous des meilleurs cyclistes de 19 à 22 ans sera présenté du 7 au 9 juin. De cette manière, l'organisation pourra réaliser des économies en matière d'hébergement, de nourriture, de personnel d'encadrement (commissaires, antidopage, etc.) .

«Lors de la réunion à la fin octobre, nous sommes arrivés un peu plus serrés dans le budget en raison de la présence de trois équipes de plus (que par le passé). Ça a coûté plus cher pour le transport parce que nous ne pouvons pas dédouaner à Bagotville. Ça se passe à Québec ou à Montréal. De plus, les vélos ne peuvent être transportés dans les soutes des autobus. Il faut donc envoyer des camions cubes pour aller les chercher», explique le conseiller municipal de Saguenay.

D'autre part, en accueillant les équipes et les officiels une journée plus tard, l'organisation économisera sur les coûts d'hébergement et d'alimentation, ainsi que d'autres services connexes comme l'antidopage, l'aménagement de la scène mobile, etc. «Chaque année, ça nous coûte 5000$ pour les tests antidopage», mentionne le grand patron de ce rendez-vous annuel.

Faut dire que la première course, de par son parcours plat, servait plutôt de mise en jambes. L'an prochain, les équipes démarreront sur les chapeaux de roues avec des circuits à bosses durant les trois journées de compétition, soit La Baie, Kénogami/Jonquière/Arvida, et Chicoutimi pour la tombée du rideau.

Moins attrayant?

Le retranchement d'une course aura un impact pour les équipes qui perdront de précieux points. Le président Noël ne croit pas que cela aura un impact important dans la décision d'une équipe de se présenter ou non à Saguenay. «C'est quand même trois étapes. Ce sont des points qu'ils n'iront pas chercher ailleurs et c'est quand même trois fois plus de points que la Côte Picarde (France)», fait-il valoir. De plus, M. Noël rappelle que Saguenay et le Tour de l'Avenir sont les deux seules étapes du circuit de la Coupe des Nations U23 à être tenues sur plus d'une journée.

Avant d'apporter une modification à son calendrier, l'Union cycliste internationale (UCI) a demandé à l'organisation d'obtenir une confirmation des changements apportés auprès de Cyclisme Canada. «On a fait parvenir la résolution entérinée par notre CA à l'UCI. Et avant d'envoyer notre lettre, nous avions déjà consulté les fédérations canadienne et québécoise des sports cyclistes. Ces derniers ont eux aussi posé des questions au niveau des points, mais ils ne voyaient pas de problèmes majeurs.» Ils lui auraient suggéré d'effectuer un sondage, mais M. Noël estime que les équipes vont bien accueillir le changement.

«Pour l'an prochain, nous avions prévu faire une édition renouvelée, mettre le maximum pour bien accueillir les équipes et présenter un spectacle relevé aux amateurs et à la population. On se réserve une surprise pour l'étape de Chicoutimi que nous dévoilerons plus tard, en conférence de presse plus tard. On est en train de regarder pour faire quelque chose de spécial avec la population parce que ce sera les fêtes du 175e anniversaire de la région.»

Financement

La tenue des Jeux du Québec en mars et des fêtes du 175e de la région a-t-elle un impact sur les appuis des commanditaires? «On ne s'est pas encore lancé dans la cueillette, mais j'ai bonne confiance que les partenaires seront au rendez-vous. Nous avons prouvé que nous étions une organisation crédible et sérieuse. Nous avons de belles retombées économiques et médiatiques. Nous sommes maintenant sur Facebook et il y beaucoup de fréquentation, même à ce temps-ci de l'année. À chaque fois que l'on ajoute quelque chose, il y a beaucoup de ''J'aime''. On est vraiment devenu une étape importante sur le circuit international et on a beaucoup de visibilité», assure celui qui préside les destinées de l'événement depuis le début en 2008.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer