Le trio suisse d'ex-Sags

René Matte, David Desharnais et l'entraîneur des gardiens... (Courtoisie)

Agrandir

René Matte, David Desharnais et l'entraîneur des gardiens Sylvain Rodigue forment un trio d'anciens Saguenéens avec les Dragons de Fribourg-Gottéroné

Courtoisie

Partager

(CHICOUTIMI) David Desharnais n'a pas tardé à faire sentir sa présence avec les Dragons de Fribourg-Gottéron de la Ligue nationale suisse. L'attaquant du Canadien et ancien des Saguenéens s'est vite adapté aux grandes patinoires européennes.

David Desharnais est débarqué à Fribourg à la mi-novembre. Il rejoignait deux autres anciens Saguenéens, l'entraîneur adjoint René Matte, ainsi que l'entraîneur des gardiens, Sylvain Rodrigue.

Après avoir été blanchi à ses deux premières parties, il a amassé un point à ses six parties suivantes, dont un but. Il n'est pas étranger aux succès des Dragons qui, avant de subir un revers de 3-2 contre le EV Zoug mardi, avaient remporté six matchs de suite.

L'ancien entraîneur-chef des Sags René Matte, se montre ravi du rendement du petit attaquant de 26 ans. Il n'en attendait pas moins de sa part. «On savait qu'il aurait besoin d'un moment d'adaptation, mais après, on était assurés qu'il allait faire la ''job''«, a-t-il louangé lors d'une entrevue avec Le Quotidien hier.

«Il a eu besoin d'un gros ajustement. C'est normal, le style est complètement différent en Europe. Il s'est acclimaté rapidement au système. Il évolue toujours contre le gros trio de l'autre côté. Lundi, contre Zoug, on s'est inclinés 3-2, mais David a effectué un excellent travail contre Henrik Zetterberg (Detroit). Il a même amassé une passe», a-t-il ajouté.

Sens du jeu

Ce qui impressionne le plus René Matte, c'est le sens du jeu de David Desharnais. Selon lui, le style de Desharnais convient très bien à celui de l'Europe. «Avoir joué ses quatre années dans le junior sur une glace olympique à Chicoutimi l'a aidé, c'est certain, d'admettre l'entraîneur adjoint. David est capable d'amener la partie à sa vitesse, a-t-il souligné. Ce qui me surprend, c'est son efficacité en protection de rondelle. Il n'est pas très grand, mais il est très fort. Il ne va jamais envoyer la rondelle à une place où ça va nous mettre dans le trouble. Il est toujours une seconde en avance sur le jeu.»

René Matte admet que l'arrivée de Desharnais lui a rappelé quelques souvenirs de son passage derrière le banc des Saguenéens. «La première semaine, je m'en suis occupé un peu plus. Je suis allé le chercher à l'aéroport. Par la suite, les gars l'ont pris en charge. Il y a quelques joueurs célibataires dans l'équipe qui sortent avec lui», raconte Matte qui soutient que Desharnais est un coéquipier exemplaire. «Il ne dérange pas et fait ses petites affaires. Il est bien apprécié dans le vestiaire», convient-il.

En français

Les Québécois sont nombreux avec le HC Fribourg-Gottéron. En plus de Desharnais, d'autres anciens de la LHJMQ en font partie. On compte l'ancien des Foreurs, Simon Gamache, l'ancien des Faucons de Sherbrooke et des Olympiques de Hull, Christian Dubé, ainsi que Jan-Philipp Cadieux, un attaquant qui possède les nationalités suisse et québécoise, qui a porté les couleurs de l'Océanic de Rimouski. Plusieurs joueurs originaires de la Suisse comprennent également très bien le français. René Matte mentionne que deux langues sont utilisées dans le vestiaire, le français et l'allemand. «David n'est pas trop dépaysé», assure René Matte qui n'a pas eu besoin de lui demander des nouvelles du Québec. «On est pas mal au courant de ce qui se passe au Québec. Avec l'internet, c'est plus facile», souligne-t-il.

Avec le lock-out dans la Ligue nationale, le calibre a augmenté considérablement, partout en Europe, dont dans la Ligue nationale A suisse. Les foules sont également en augmentation, avec une croissance d'environ 200 personnes par match.

«Le lock-out a eu un impact, admet René Matte. Jusqu'à quand, je ne sais pas. Avec le football (soccer), en Suisse, ce sont pas mal les deux sports les plus populaires. Depuis deux ou trois ans, le hockey est en train de passer devant.»

À Fribourg-Gottéron, comme c'est le cas depuis quelques années, les Dragons font salle comble avec 6700 spectateurs lors de la majorité de leurs rencontres locales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer