«La décision la plus difficile de ma vie»

Claude Bouchard dit non au Titan

Claude Bouchard ne le cache pas, refuser la proposition du Titan ... (Photo Jeannot Lévesque)

Agrandir

Photo Jeannot Lévesque

Partager

Serge Émond
Le Quotidien

(Jonquière) Claude Bouchard ne le cache pas, refuser la proposition du Titan d'Acadie-Bathurst a été la décision la plus difficile de sa carrière.

Jeudi dernier, le Jonquiérois a été invité à devenir le nouvel entraîneur du Titan jusqu'à la fin de la présente saison. Après avoir analysé la question pendant quelques jours, il a choisi de refuser le poste. Il a avisé le président et directeur-gérant de l'équipe, Léo-Guy Morrissette, lundi matin. Il l'a fait à peu près au même moment où Éric Dubois a officiellement été remercié de ses services à Bathurst.

«Je n'ai jamais eu une décision aussi difficile à prendre, a confié Claude Bouchard, lundi après-midi. C'est la plus difficile de ma vie. Je ne saurai probablement jamais si j'ai vraiment pris la bonne décision. J'ai choisi de refuser le poste à cause de l'école et aussi pour des raisons personnelles. J'ai pris en considération plusieurs facteurs pendant ma réflexion. Des facteurs qui n'entraient pas vraiment en ligne de compte quand j'étais plus jeune.

«Pendant toute ma carrière d'entraîneur, je me suis toujours fié à mes''feelings''. Auparavant, ils me disaient d'accepter les offres qui se présentaient à moi. Aujourd'hui, ils m'ont plutôt incité à refuser. La décision a vraiment été difficile à prendre. J'ai passé trois ou quatre nuits blanches en jonglant avec l'offre du Titan. Je pense qu'il était préférable que je laisse passer le train.

«Je suis très conscient que le train ne repassera peut-être pas. Si c'est le cas, je vivrai très bien avec ma décision. Ceci étant dit, cette décision ne veut pas dire que je ne sauterai pas sur l'occasion si le train passe une autre fois dans le futur. Peut-être que les conditions seront alors différentes.»

En refusant la proposition du Titan, Claude Bouchard a choisi de ne pas retourner au sein d'un circuit qu'il connaît bien. Il a dirigé les Foreurs de Val-d'Or pendant un peu plus de cinq saisons, entre l'automne 2000 et décembre 2005. Il a également été entraîneur adjoint avec les Cataractes de Shawinigan et les Olympiques de Gatineau.

Bouchard a quitté le monde du hockey cette année, après avoir dirigé les Élites de Jonquière pendant trois saisons. Il enseigne l'éducation physique à la Polyvalente Jonquière. Même si le feu du hockey brûle toujours avec intensité en lui, celui qui a dirigé des équipes pendant 16 ans apprécie sa nouvelle vie. Pour la première fois depuis bien longtemps, ses soirées et ses fins de semaine ne sont pas occupées par le hockey.

«Je suis conscient que diriger une équipe de la LHJMQ est un privilège, a noté Claude Bouchard. Le Titan m'a offert la possibilité de revenir dans la ligue et je considère que c'est un honneur et un privilège. J'ai eu la chance de discuter plusieurs fois avec M. Morrissette et Sylvain Couturier (le directeur-gérant adjoint) au cours des derniers jours et j'ai beaucoup apprécié mes conversations avec eux.

«Dans les mois et les années qui ont suivi mon congédiement à Val-d'Or, j'ai évidemment espéré entendre le téléphone sonner. Quand j'ai accepté un poste d'adjoint à Gatineau, c'était pour revenir dans le milieu de la LHJMQ. J'ai été un peu déçu lorsque les Olympiques ont choisi un entraîneur anglophone (Jérôme Dupont) pour remplacer Mario Richer (à l'automne 2008). Finalement, le téléphone n'a pas sonné avant jeudi passé. On m'a offert l'opportunité d'effectuer un retour, mais mon coeur m'a dit qu'il était préférable de refuser.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer