Quand votre toiture réduit votre facture d'électricité

La compagnie américaine Tesla, qui a révolutionné l'industrie... (Courtoisie)

Agrandir

La compagnie américaine Tesla, qui a révolutionné l'industrie automobile, s'attaque maintenant à l'énergie solaire avec son nouveau produit, le Solar Roof.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Fortin
Le Quotidien

CHRONIQUE / Vous avez bien lu je parle de toiture dans cette page techno et non vous n'êtes pas dans une nouvelle chronique du cahier Toit et moi ! Le soleil est une source d'énergie que l'humanité tente d'exploiter depuis des lunes ! Au Québec, l'énergie solaire est surtout utilisée pour les résidences secondaires qui n'ont pas accès au réseau électrique conventionnel. Alors l'installation de panneaux photovoltaïques est nécessaire pour convertir les chauds rayons solaires en énergie. Ce type d'installation est souvent complexe et nécessite beaucoup de quincaillerie tout en étant tout de même assez dispendieux selon la puissance recherchée.

La compagnie américaine Tesla, qui a révolutionné l'industrie automobile, s'attaque maintenant à l'énergie solaire avec son nouveau produit, le Solar Roof. La méthode classique de récolter l'énergie solaire est d'installer de grands panneaux solaires sur le toit pour ensuite emmagasiner cette énergie dans un assemblage de batteries à cycle prolongé. Pourquoi ne pas remplacer le revêtement de toit classique comme le bardeau d'asphalte par un revêtement similaire en apparence, mais composé de petits panneaux solaires qui s'emboîtant les uns dans les autres créent un ensemble pour ainsi maximiser la surface disponible. Le produit sera offert en 4 modèles différents du plus classique à la tuile de Toscane en passant par l'imitation ardoise et sera disponible aux États-Unis d'ici la fin de l'année tandis que pour le Canada ce sera dès l'an prochain.

Pour le même prix qu'un toit traditionnel ?

Tesla argumente que son produit ne sera pas plus onéreux qu'un revêtement de toit conventionnel. Avec un argument de cette taille qu'est-ce que l'on attend pour se convertir au solaire ? Si une toiture conventionnelle se détaille en bas de 5 $ le pied carré et que Tesla affirme que son toit coûte le même prix... Quelle aubaine, j'en recouvre immédiatement le toit de ma résidence ainsi que le cabanon, le garage, la niche du chien et la mangeoire pour oiseaux ! Je suis sarcastique ici, mais le calcul de Tesla n'est pas si simple, car en fait, son toit solaire sera disponible aux alentours de 30 $ du pied carré en devises de l'oncle Sam. Nous sommes ici loin du 5 $ le pied carré que coûte le toit conventionnel. Il faut admettre que pour en arriver à un coût similaire au bon vieux bardeau d'asphalte Tesla amorti l'investissement sur une trentaine d'années, soit la durée de vie du toit solaire, et calcule l'économie énergétique sur cette même période. C'est sans compter que pour optimiser son investissement vous devrez acquérir quelques batteries Tesla Powerwall afin de stocker toute certe énergie gratuite. À 9000 $ la batterie, la facture peut grimper rapidement.

Il est recommandé de ne recouvrir que la partie la plus ensoleillée du toit pour ainsi maximiser l'accumulation d'énergie selon le nombre de batteries que vous aurez à votre disposition.

Et l'hiver ?

J'ai demandé à Tesla si des tests en conditions hivernales avaient été effectués, car un tel investissement se doit d'être efficace l'hiver lors des pointes de consommation. La compagnie me réfère à la brochure qui semble conçue uniquement pour la Californie ne donnant aucun détail sur l'utilisation hivernale. Parce que le produit sera disponible bientôt au Canada, il est important de connaître son efficacité en hiver. Est-ce que le produit sera adapté afin de compenser le manque d'ensoleillement ? Est-ce que la neige ou la glace adhérera sur les tuiles solaires, rendant son utilisation impossible. Est-ce que vous pourrez retirer la neige en toute sécurité à l'aide d'une pelle conventionnelle ? Ce sont toutes des questions auxquelles Tesla n'est pas en mesure de répondre pour le moment !

L'environnement dans tout ça !

Au niveau environnemental le solaire peut vous donner bonne conscience en surface, mais au Québec, l'hydroélectricité est tout de même beaucoup moins dommageable pour l'environnement que les centrales au gaz ou au charbon de nos voisins du sud. Reste à savoir l'ampleur de l'empreinte carbonique issue de la fabrication des tuiles solaires et des batteries.

Sur papier le toit solaire de Tesla semble une excellente idée, mais son utilisation au Québec nécessitera certaines recherches avant de devenir la solution idéale afin de réduire sa facture d'électricité. Ce n'est pas demain la veille que ce sera cette solution qui nous conduira vers l'affranchissement total du réseau électrique conventionnel !




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer