La chaîne de blocs, une révolution dans la sécurité transactionnelle

«La blockchain est en fait un registre de... (123RF)

Agrandir

«La blockchain est en fait un registre de transactions cryptées et partagées sur Internet par un grand nombre d'ordinateurs qui assureront ainsi la validité des transactions comme un livre comptable.»

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Fortin
Le Quotidien

CHRONIQUE / Vue comme une révolution dans la sécurité transactionnelle, la technologie de la chaîne de blocs (blockchain) n'en est pas moins un procédé complexe et fastidieux. Je vais tout de même essayer, du mieux que je peux, de vous vulgariser le tout de manière à ce que vous compreniez en surface la technique.

La blockchain est en fait un registre de transactions cryptées et partagées sur Internet par un grand nombre d'ordinateurs qui assureront ainsi la validité des transactions comme un livre comptable où il est possible, pour tout le monde, d'y lire des informations, d'en écrire, mais, où il est impossible d'effacer quoi que ce soit. Ce système décentralisé n'est pas régi par un organisme de contrôle tels une banque ou un gouvernement ce qui fait craindre le pire aux autorités classiques. La force de la blockchain est sa grande sécurité en raison du nombre élevé d'ordinateurs qui valident l'intégrité des transactions, ce qui la rend infalsifiable. Un droit de propriété pourra y être transigé via la blockchain en toute sécurité en éliminant ainsi certains frais de gestion. Les possibilités sont vastes et nous n'en sommes qu'aux balbutiements d'une probable révolution numérique où le virtuel influencera comme jamais le réel.

Voici quelques applications potentielles de la blockchain :

Bulletin de vote numérique

L'une des applications les plus simples de cette technologie serait le vote électronique. Cela éliminerait par le fait même les bulletins rejetés et permettrait d'obtenir des résultats en temps réel à un coût tout à fait raisonnable.

Registre des naissances

Un Big Brother décentralisé permettrait d'y stocker chaque personne avec une identité unique. Cette identité pourrait être le point de référence de chaque blockchain. Votre permis de conduire, vos cartes de crédit et même votre dossier médical pourraient s'y référer. Une interaction entre une multitude de blockchains serait possible et corroborée via votre identité unique.

Validation des nouvelles

Si on pousse le concept, il pourrait même être utilisé pour valider des informations journalistiques afin d'éliminer les fausses nouvelles qui circulent sur réseaux sociaux.

Protection des droits d'auteurs

Internet est venu chambouler l'univers des droits d'auteurs. Plusieurs compagnies, dont Sony et Disney, étudient présentement la possibilité d'utiliser la blockchain afin de protéger leur propriété numérique.

Transactions automatisées par des objets connectés

Imaginez que votre frigo fasse lui-même son inventaire et commande de l'épicerie. Ou bien que vous achetiez une voiture qui gère elle-même son propre droit de propriété. En ayant des objets directement connectés sur un droit de propriété, il y aurait une diminution significative du vol, car l'objet deviendrait automatiquement inutilisable.

Le côté pervers de cette technologie transparente, mais non régie, est la probable naissance d'une économie souterraine où les utilisateurs échangeraient des biens et des devises de gré à gré, loin des gouvernements. Bien que toutes traces de transactions seraient aux registres, il serait possible d'être anonyme sans nécessairement y dévoiler des informations personnelles. Une économie au noir à grande échelle pourrait avoir des conséquences majeures sur l'équilibre mondial. Le troc numérique sera-t-il la planche de salut du capitalisme traditionnel ?




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer