Les poules en milieu urbain

N'ayant pas un bol adéquat, cette poule risque... (Photo Le Progrès, Mélissa Viau)

Agrandir

N'ayant pas un bol adéquat, cette poule risque de coûter plus cher que cinq dollars par mois en nourriture !

Photo Le Progrès, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

Plusieurs souhaitent effectuer un retour aux sources face à leur alimentation. Après les jardins sur les balcons du centre-ville, pourquoi ne pas avoir deux ou trois poules ? La caille aussi est une bonne pondeuse, en plus d'être beaucoup moins grosse que la poule.

La cohabitation avec des poules ou des cailles est possible en milieu urbain, mais il faudrait prévoir un encadrement au niveau des installations afin de ne pas incommoder les voisins et d'assurer le bien-être des animaux. On remarque aussi qu'après une année, les gens délaissent cette activité. C'est donc très éphémère comme intérêt. Il y aura un engouement la première année puis, tranquillement, une rotation naturelle se fera entre voisins.

Troc

Ce retour aux sources devrait être accompagné du retour à l'entraide et au troc, selon les intérêts de la communauté. La logistique serait plus durable avec un voisin qui a des poules, un autre qui cultive les patates, une famille qui a une serre de tomates. Et l'année d'après, on peut alterner. 

Poussière

Plusieurs projettent d'hiverner leurs poules dans leur garage. Il faut savoir que, comme tous les oiseaux, les poules produisent beaucoup de poussière. Une fine poudre, ressemblant à celle de la craie, recouvrera en entier les lieux, et ce, même si vous en avez seulement deux ou trois. Sachez aussi que, en raison de cette poussière, la cohabitation avec des chevaux est fortement déconseillée, car ils pourraient développer des problèmes respiratoires. 

Maladies

Les poules ne sont pas à l'abri des maladies, telles que la grippe, qui se guérit à l'aide d'antibiotiques. Elles sont aussi très sujettes à avoir des parasites, comme des poux. Heureusement qu'ils ne se transfèrent pas sur l'humain ! Quand les problèmes de santé surviennent, ça prend l'aide d'un vétérinaire.

Fumier

En milieu urbain, si on ne peut pas faire vieillir le fumier des poules à l'air libre, pour des raisons d'odeur, il faudrait prévoir un composteur. L'option de mettre les fientes aux vidanges n'est pas très écologique. Le fumier de poules est très utile pour le jardin. C'est un engrais naturel qu'on ne doit tout de même pas utiliser pur, car il est extrêmement concentré et brûle les racines des plantes. Après avoir laissé vieillir le fumier plusieurs mois, une fois qu'il est bien sec, il doit être réduit en poudre avant de le mêler à la terre. 

Nourriture

L'alimentation des poules est très importante pour les garder en bonne santé, mais également pour améliorer la qualité des oeufs. Ne pensez pas lancer une poignée de graines ici et là pour nourrir vos poules et vos cailles. Ça, c'est juste dans les films ! Elles ont besoin de moulée à volonté conçue pour elle et vendue dans des centres spécialisés. Tous les mois, pour quatre poules, il faut prévoir une vingtaine de dollars pour une poche de nourriture qui pèse une cinquantaine de livres. Si vos poules font du gaspillage ou que l'humidité endommage la nourriture, il faudra prévoir de la perte au niveau de la moulée. 

Liberté

On rêve de voir son terrain embelli par de belles poules en liberté et heureuses. La poule en liberté devient aussi plus vulnérable face aux prédateurs, y compris les chiens. Puisqu'elles font leurs besoins partout, leurs fientes recouvriront rapidement votre terrain... Et si vous avez des chiens, ces derniers seront attirés à manger ou se rouler dans ces excréments. 

Hiver

L'hiver, la poule pondeuse, la plus rustique, devrait être dans un endroit assez chaud pour que son eau ne gèle pas. Souvent, on va recommander de mettre une ampoule infrarouge, ou un chauffage d'appoint. Mais est-ce sécuritaire ? Si votre poulailler n'est pas isolé, une surchauffe risque de gonfler votre facture d'Hydro en plus d'augmenter les risques d'incendie. La caille est un oiseau moins rustique que la poule brune. Elle a besoin de plus de chaleur l'hiver et sa production d'oeufs diminuera. Étant moins rentables, la plupart des gens les abattront à l'automne. 

Longévité

La poule pond pendant deux ou trois ans, mais peut vivre jusqu'à 12 ans. Qui gardera une poule 12 ans sans obtenir d'oeuf ? Ayant de la misère avec la notion de mort, les petits producteurs d'oeufs offriront leurs bêtes à ceux qui accepteront d'en faire des poules à bouillir, car la chair est plus coriace. Il existe aussi des poules plus polyvalentes, comme la chantecler qui est une excellente pondeuse et sa viande est délicieuse. Mais encore faut-il savoir apprivoiser cet animal jusque dans notre assiette !




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer