Route 170:  le stationnement interdit dur à faire respecter

Lors du passage du photographe vendredi matin, aucune... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Lors du passage du photographe vendredi matin, aucune voiture n'était stationnée illégalement.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Encore cette année, les règles de stationnement sont difficiles à respecter pour les automobilistes de Saguenay près du site de pêche blanche de Grande-Baie.

Puisqu'il est interdit de se stationner en bordure de la route 170 à La Baie, près du Mont Bélu où la limite de vitesse passe de 50 km/h à 90 km/h, les policiers de la Sécurité publique de Saguenay émettent des constats d'infraction à ceux qui contreviennent à ce règlement.

Depuis que les différents sites de pêche blanche sont ouverts, il semble que plusieurs usagers de la route tentent leur chance en garant leur véhicule dans la zone interdite. Même si la saison est jeune, la police n'est pas en mode prévention, mais plutôt en mode réaction.

«Chaque année, c'est la même chose, a fait remarquer le conseiller municipal Luc Boivin. Les gens pensent que les policiers vont être gentils, mais c'est une zone qui n'est pas sécuritaire. Ce n'est pas pour rien qu'on n'a pas le droit de se stationner à cet endroit. Les largeurs peuvent causer des risques d'accident et c'est une route régionale. On ne peut permettre de stationnement.»

Luc Boivin a rappelé que de la prévention est faite lors de chaque assemblée ou rencontre avec les citoyens qui fréquentent les sites de pêche. Il a aussi souligné que des places de stationnement sont disponibles directement sur le site de Grande-Baie. Il n'y a donc aucune raison, selon le conseiller, pour que des gens agissent de la sorte.

«Il n'y a pas d'aire de stationnement en dehors du site et les gens pensent que les policiers ne vont rien faire, a affirmé Luc Boivin. C'est pourtant indiqué qu'ils n'ont pas le droit. Lors de la période d'embarquement la semaine dernière, on a laissé les véhicules aller sur le site sans payer de frais d'entrée pour éviter qu'il y ait des files d'automobiles. D'après moi, il y en a deux ou trois qui se stationnent où c'est interdit et à partir de là, il y a effet boule de neige et les autres suivent.»

Ceux et celles qui espèrent obtenir la clémence de la Sécurité publique de Saguenay devront se raviser, a précisé Luc Boivin. Il a cité en exemple un cas survenu mercredi, lorsqu'un chauffeur est sorti des sentiers balisés sur le site avant de s'enliser dans un trou. L'individu s'expose à une amende salée de 1000 dollars, en plus des frais.

«C'est comme rouler à 130 km/h dans le Parc des Laurentides; s'il y a une police qui te voit, elle va t'arrêter», a-t-il soufflé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer