Guy Harvey déplore le manque de transparence

Le chantier de la 11e chute.... (Archives Le Progrès-Dimanche, Louis Potvin)

Agrandir

Le chantier de la 11e chute.

Archives Le Progrès-Dimanche, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

L'entrepreneur de Girardville Guy Harvey déplore le manque de transparence de la Société en commandite Énergie Hydroélectrique Mistassini dans un processus d'appel d'offres au chantier de la minicentrale de la 11e chute.

Ce dernier tenait à ajouter des éléments d'informations à la suite de l'article paru la semaine dernière à ce sujet. «Ce qu'il était important de dire, c'est que le processus manquait totalement de transparence. Ils auraient dû nous dire qu'une entreprise qui avait déjà de la machinerie sur place avait soumissionné. C'était clair qu'elle serait moins chère! Jamais je n'aurais soumissionné. Je ne suis pas choqué parce que je n'ai pas eu la soumission finalement, c'est le fait qu'on nous a caché cette information qui me fâche. On dirait qu'ils ont procédé seulement pour faire taire la municipalité», critique-t-il.

La Société en commandite Énergie Hydroélectrique Mistassini a lancé un appel d'offres pour disposer de matériel concassé en réalisant du remblaiement sur le rang de la Pointe à Girardville. Ces travaux étaient évalués et inclus dans le contrat d'excavation accordé à Excavation Chicoutimi. Toutefois, une option de retrait avait été signifiée. C'est l'entreprise de Guy Harvey qui a remporté le contrat, mais la Société a décidé d'annuler l'appel d'offres à cause de l'écart entre le prix de l'entrepreneur et celui estimé initialement. 

« La municipalité savait que l'entreprise qui a gagné le lot B-2 avait fait une soumission pour ces travaux et ces travaux étaient inscrits clairement dans l'appel d'offres initial. Il est vrai que nous n'avons pas avisé directement les soumissionnaires de ce fait, mais je ne considère pas qu'il s'agit d'un manque de transparence, l'information était disponible», explique l'agent de liaison communautaire Alexandre Gauthier.

Guy Harvey affirme également que l'appel d'offres exigeait des services selon le décret de la construction alors que l'évaluation faite par Excavation Chicoutimi aurait été hors décret. À ce sujet, la Société assure que tous les travaux effectués sur le chantier respectent le décret.

«Aussi, ils ne respecteront pas les normes du ministère des Transports en faisant du remblaiement sur une route gelée. Ça ne se fait pas, ça va être tout croche», ajoute l'entrepreneur. Selon les directives du MTQ 11.6.1.11, pour la préparation avant remblais, la surface doit être libre de neige, d'eau, de glace et matériaux gelés.

Alexandre Gauthier concède que de réaliser ces travaux à cette période de l'année n'est pas l'idéal. «Selon les avis que nous avons reçus, il est possible de le faire. Aussi, on a garanti à la municipalité que des correctifs seront apportés au printemps si nécessaire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer