CHSLD Sainte-Marie: trois lutines sèment le bonheur

La gestionnaire du CHSLD Sainte-Marie, Louise Gagnon, est... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La gestionnaire du CHSLD Sainte-Marie, Louise Gagnon, est bien fière de l'implication bénévole de Rose Frigault, Régine Bergeron et Johanne LeBrasseur, qui investissement beaucoup de temps et d'énergie pour l'installation de décorations de Noël sur tous les étages de la résidence. -

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

En semant un brin de magie sur chaque étage de l'établissement, Rose Frigault, Johanne LeBrasseur et Régine Bergeron contribuent à atténuer le spleen qui s'installe parfois dans le coeur des aînés à l'approche de Noël.

CHLSD Ste-Marie Jonquieredecorations de Noel... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

CHLSD Ste-Marie Jonquieredecorations de Noel

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

CHLSD Ste-Marie Jonquieredecorations de Noel... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque) - image 1.1

Agrandir

CHLSD Ste-Marie Jonquieredecorations de Noel

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Pendant une semaine en décembre, les trois bonnes samaritaines s'activent comme de véritables lutines. Elles ne ménagent aucun effort pour créer leurs propres décorations, qu'elles installent dans chaque recoin du centre. Au rez-de-chaussée, dans la salle commune, trône un sapin plus grand que nature. Les bénévoles en sont manifestement bien fières, tout comme la gestionnaire de l'établissement, Louise Gagnon.

« Ça égaie la résidence et c'est très apprécié des familles. Elles sont des personnes généreuses et très humaines. Je les trouve très vaillantes », pointe-t-elle.

Rose, Johanne et Régine, qui étaient respectivement préposée aux bénéficiaires, infirmière et adjointe administrative, sont à la retraite depuis quelques années. Elles ont commencé à s'impliquer auprès des usagers alors qu'elles étaient encore à l'emploi du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Jonquière et y ont pris goût. Maintenant retraitées, elles s'investissent à fond tout au long de l'année, au fil des saisons et des différentes fêtes. 

Décorer un CHSLD à Noël peut sembler trivial, mais ce qu'arrivent à accomplir ces dames à Sainte-Marie n'a rien d'ordinaire. Imaginatives, elles génèrent leurs propres idées pour confectionner des ornements qui feraient rougir Saskia Thuot. Ensemble, elles ont monté 12 sapins et plusieurs crèches. Sur chaque plancher, elles ont réussi à installer une ambiance festive.

« On n'a pas vraiment de budget alors on en fabrique beaucoup. Les gens font aussi des dons et les familles des résidants sont très généreuses. Aucun espace n'a été négligé et chaque salon du CHSLD a été décoré », mentionne Rose Frigault, la « contremaîtresse » du trio. L'équipe a pu compter sur l'appui de quatre assistants bénévoles cette année pour monter son décor. Rencontrées dans l'un de ces espaces de repos récemment aménagé, dont elles ont elles-mêmes élaboré la déco, elles se sont dites heureuses du résultat. Dans leurs yeux, une lumière sise à mi-chemin entre le sentiment du devoir accompli et le bonheur ressenti après avoir fait du bien. 

« Ça éveille beaucoup de choses chez les résidants. Un sapin de Noël aux couleurs traditionnelles, ça peut être très révélateur pour certaines personnes au plan cognitif et ça peut ramener beaucoup de souvenirs », pointe Johanne LeBrasseur. 

En attendant le carnaval

Les 66 usagers du CHSLD Sainte-Marie ont fêté Noël un peu plus tôt cette année. Mardi, les bénéficiaires ont partagé un repas ensemble. Depuis deux ans, l'activité est réservée aux résidants pour éviter l'éclosion de maladies contagieuses. Ce n'est que partie remise pour les familles, qui seront conviées à un rassemblement avant le printemps. 

C'est donc mission accomplie pour les lutines Rose, Johanne et Régine, qui peuvent maintenant battre en retraite et fêter Noël avec leurs familles. Les dames de coeur reprendront cependant vite du service en janvier, après les Rois, pour démanteler ce qu'elles ont mis des jours à installer. Le tout trouvera refuge dans d'immenses bacs en plastique cordés dans le sous-sol du bâtiment aux côtés d'articles aux couleurs de la Saint-Valentin et de Pâques. Dans l'entrepôt, tout près de la porte, un colossal bonhomme carnaval en mousse blanche attend patiemment. Il sera le prochain à être promu de la cave au rez-de-chaussée, où il ira agrémenter le quotidien de ceux et celles qui ont forgé notre passé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer