Deux fois le tour du monde à moto

Le Français Éric Lobo a fait deux fois... (Le Progrès, Mélissa Viau)

Agrandir

Le Français Éric Lobo a fait deux fois le tour du monde à moto, dont un sur une Dyna Street Bob 2015 dont le compteur affiche déjà 55 000 kilomètres.

Le Progrès, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Le 8 juillet dernier, RPM Harley-Davidson de Jonquière recevait un invité bien spécial et significatif dans le monde de la moto. Le Français Éric Lobo a fait deux fois le tour du monde à moto depuis les sept dernières années.

«Jusqu'en 2010, j'avais une très belle vie. En fait, j'avais une double vie. Soit une vie d'homme d'affaires, dans l'immobilier, alors que je construisais des immeubles de bureaux et une passion pour la photographie. Je faisais du grand reportage et de la photographie partout dans le monde pour Géo, Paris Match, National Géographic et d'autres magazines», raconte Éric Lobo.

Il a mené ses deux vies en parallèle pendant plus de 25 ans, jusqu'à ce que la crise financière détruise tout ce qu'il avait construit. Ayant tout perdu, il décide de revenir aux sources et de s'occuper de ses parents. Sa mère décède peu de temps après l'hospitalisation de son père et, après trois mois à s'occuper de son père, M. Lobo ressent le besoin de se changer les idées.

«En 2010, j'ai acheté une moto Road King Police à crédit chez Harley pour un montant de 17 000 euros et j'ai réalisé un premier voyage dans un concours de circonstances malheureux», poursuit le captivant raconteur. Le doué pilote, ayant eu plusieurs motos au cours de sa vie, réussit même à traverser les quatre saisons, comptant sur de généreux bricoleurs pour modifier sa moto. Pendant son périple, il connaît des écarts de température variant de 50 degrés Celcius à -75 degrés Celcius. Il a même traversé l'océan Arctique avec un système de skis, fixés de chaque côté de sa moto pour assurer une stabilité comparable à celle d'une motoneige.

Ce voyage ne s'est en quelque sorte jamais terminé. Après un premier tour du monde, monsieur Lobo reçoit une offre de 30 000 euros pour sa moto. Il décide de refaire un deuxième tour du monde avec une Dyna Street Bob.

Avec ses quatre livres, ses conférences et ses produits dérivés, il réussit à vivre comme un nomade. Sa vision de la vie est remplie d'espoir et inspire les amateurs de voyages. Il a un pied à terre dans le sud de la France, où l'attend sa nouvelle conjointe avec qui il partage sa vie et de nouveaux projets depuis un an. « Elle est partie de France pour venir me rencontrer alors que j'étais au Yukon », se remémore l'aventurier dont le retour en France est prévu prochainement.

L'homme, passionné par les rencontres humaines, semble avoir un don pour attirer les bonnes personnes. C'est d'ailleurs ce qui l'a conduit vers celui qui est devenu un de ses meilleurs amis, Stéphane Parent, qui l'accompagne tout l'été dans sa tournée nord-américaine. « Je ne sais que piloter. Je ne suis pas mécanicien », précise le charismatique pilote. C'est pour cette raison que ses rencontres lui ont permis, à plusieurs reprises, de poursuivre sa route alors qu'il était sur le point d'abandonner. « On reconnaît maintenant ma moto partout où je passe. Même la police m'arrête pour discuter de mes voyages », remarque Éric Lobo.

Après deux tours du monde, le motard n'a pas l'intention de ranger sa monture. Accompagné de sa conjointe, il compte revenir sur ses traces, alors qu'il faisait du reportage photo en Asie, et revoir les tribus qu'il a rencontrées il y a plus de 25 ans.

Il est possible de suivre Éric Lobo via sa page Facebook personnelle et la page « Tournée nord-américaine Éric Lobo ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer