Coudre des tabliers pour relaxer

Les tabliers de Création Chika sont nés à... (Photos courtoisie)

Agrandir

Les tabliers de Création Chika sont nés à partir d'un patron de robe rétro que Karine Laprise a modifié pendant plus de six mois. Elle fabrique aussi des modèles réversibles pour homme.

Photos courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Création Chika  est débarqué dans la vie de Karine Laprise tout doucement, par hasard, alors qu'elle cherchait une façon de décrocher et se vider la tête après sa journée de travail.

Quand elle voyage, Karine Laprise prend toujours le... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Quand elle voyage, Karine Laprise prend toujours le temps de magasiner des tissus pour faire de ses tabliers des créations uniques et originales. La voici à George Town sur l'île de Penang en Malaisie, durant l'été 2014.

Photo courtoisie

« J'aime les soupers entre amis et j'adore offrir des cadeaux d'hôtesse. Un jour, j'ai offert un tablier à une amie et je trouvais qu'il lui manquait quelque chose », raconte Karine. En octobre 2014, elle a commencé à faire des tests à partir d'un patron de robe rétro qu'elle a retravaillé. « J'avais une machine à coudre depuis longtemps, mais je n'avais jamais pris le temps pour m'en servir. Je n'avais pas vraiment d'intérêt non plus », poursuit-elle. 

Au bout de six mois, près avoir fait une trentaine de prototypes de tabliers, elle trouva enfin son modèle unique. Dans ses voyages, elle s'est mise à ramener des tissus. « J'ai ramené des tissus du Mexique, de la Malaisie, de l'Espagne et de l'Afrique. Je fais aussi beaucoup d'achats en ligne », précise l'artiste.

Tranquillement, l'enseignante en soins infirmiers au Cégep de Chicoutimi a vu son simple loisir devenir une passion. Sans compter ses heures, elle a fait de la couture une véritable séance de méditation et son atelier est un endroit de pur bonheur. « Je vais peut-être, éventuellement, faire des accessoires complémentaires pour les tabliers, mais je veux en rester à ça, même si je me fais souvent demander des robes », remarque la femme de Jonquière. 

Madame Laprise a aussi fait des tabliers pour enfants, avec les petits foulards agencés qui vont dans les cheveux. Elle compte entre 250 et 300 créations depuis trois ans. Au début, chaque morceau lui prenait six à sept heures de travail. Elle prend maintenant la moitié du temps. Outre la couture, elle aime aussi parcourir le Québec à vélo, pêcher, faire du yoga et de la course. Toutes ces activités lui permettent de répondre à ce besoin de s'évader pour faire le vide et refaire le plein d'énergie.

Boutique

Quand on demande à Karine si elle pense un jour ouvrir une boutique ou prendre de l'expansion, elle répond spontanément non. « Je veux continuer seule dans mon petit cocon », réplique l'enseignante qui aime se retrouver ainsi dans son atelier. Elle n'a pas envie non plus que son loisir devienne un travail ou une corvée. Elle veut conserver ce plaisir de coudre quand bon lui semble, surtout le soir en revenant du travail. « Je ne prétends pas être une artiste ni une couturière. Je ne suis qu'une fille qui désire rendre hommage à la beauté des femmes qui gravitent autour d'un repas convivial », réfléchit Karine Laprise. Les clients ont même la possibilité de choisir parmi la collection de tissus de la Création Chika ou d'apporter leurs propres tissus.

Chika

« Pour les femmes qui me répondent qu'elles aimeraient m'acheter un tablier, mais qu'elles ne cuisinent pas, c'est qu'elles n'ont pas compris. Elles peuvent également le porter uniquement pour faire leur "chika" lorsqu'elles servent les canapés à leurs invités », précise Karine Laprise. Chika signifie beauté et élégance.

Pour en savoir plus sur les tabliers de Création Chika, visitez la page Facebook : www.facebook.com/creationchika




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer