Amoureux d'un autre

«Quand l'amour est là et que l'on ne... (123RF)

Agrandir

«Quand l'amour est là et que l'on ne le veut pas, que reste-t-il à faire ?»

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Ce tourment que vous ne souhaitez pas parce que vous êtes déjà si bien avec quelqu'un. Exit contrôle, je parle de ce sentiment que vous n'avez pas demandé, mais qui, malgré tout, chavire votre coeur. Qui s'est immiscé sans être invité. Qui est plus fort que tout. Qui persiste et signe. Qui est présent, constant, fatigant. Que faire de cet amour pour ce tiers qui s'incruste même si vous le refusez ?

L'ignorer... déjà essayé !

Y renoncer... trop difficile !

L'éviter...si pénible !

Vous êtes déjà avec cette personne qui, selon vous, plafonne les étendues de cette émotion que l'on éprouve pour l'autre. Elle est votre pilier, celle pour laquelle vous vivez, qui est théoriquement parfaite, ce dont vous avez toujours rêvé, qui soude votre famille, vous offre toute stabilité, vous permet d'être meilleur, mais qui visiblement, n'a pas su vous satisfaire entièrement côté coeur. De quoi sonner l'alarme. Quand l'amour est là et que l'on ne le veut pas, que reste-t-il à faire ?

Un feeling à ne pas nier

La raison est simple. La réalité ne fera que ressurgir, un jour ou l'autre, à celui voulant vivre dans le déni. Vous êtes en amour avec deux personnes, la vérité, c'est ça ! L'admettre et faire face à la musique, c'est un peu comme l'alcoolique qui reconnaît enfin sa maladie : la moitié de la guérison. Que faire maintenant alors avec cette patate chaude ?

Évaluer le sentiment

Parce que des fois l'amour a le dos large, il vous faut distinguer les choses et évaluer l'ampleur du ressenti avant de vous avouer réellement épris de cette fougue. Justement, s'agit-il davantage de réveiller chez vous cette passion qui dort, qui valorise la personne que vous êtes, qui vous fait sentir encore sur la « map » de l'attraction, qui vous allège du train-train quotidien, qui, qui, qui... Si oui, ne s'agit-il pas là plus d'un besoin égocentrique que de l'amour pur et dur ?

Non, je suis vraiment en amour

Hélas, je ne saurai vous aider en vous précisant que d'aimer aussi l'autre, c'est plus que possible. En fait, ça arrive chez certains, ici et là, parfois, trop souvent ! À partir de là, à vous de gérer la situation parce que les rennes de votre vie, c'est vous qui les tenez. Il vous faut intervenir, et vite à part de ça, du moins avant qu'il y ait intensification de la situation.

Si vous tenez à votre couple, à la minute, pour ne pas dire, à la seconde où vous réalisez qu'il y a effectivement étincelles, réactions chimiques, phéromones, ou n'importe quoi entre ce tiers et vous, fuyez, sauvez-vous comme si elle avait la lèpre. N'entretenez rien et ne narguez surtout pas l'indifférence que vous n'avez pas. À distance, pas juste physique, vous l'aurez compris, reprendre sur soi s'avère encore possible. Si c'est ce que voulez...

Dites-le

Une bonne façon de renoncer au fruit défendu consiste certes à préciser son « malaise ». Effectivement, si votre coeur bat pour quelqu'un d'autre, c'est que justement il y a place pour ce fameux quelqu'un d'autre. Pourquoi ? Seul vous et votre chéri peuvent le savoir. Et si cette dite aventure sentimentale n'était pas à la base d'une vie de couple ayant besoin d'un peu d'autocritique ? Comme quoi rien n'arrive pour rien...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer