Être belle et en santé

Je me tue à le répéter, la beauté... (Photo 123RF)

Agrandir

Je me tue à le répéter, la beauté n'est que dans l'oeil de la personne qui regarde et non dans les pages de toutes ces revues prônant le mensonge, dans ces publicités ô combien hypocrites et par l'image de ces pseudo vedettes que l'on proclame « atypiques » grâce à une féminité faite de silicone.

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Un peu, beaucoup, à la folie, passionnément... La diversité corporelle, jusqu'où se voit-elle acceptable ?

Un débat ayant fait couler beaucoup d'encre dernièrement et avec raison. Ces normes précises de corps rachitiques signifiant « la beauté » que seul un infime pourcentage de la société aborde, je ne suis plus capable. 

Mais, qu'en est-il lorsque le balancier s'inverse et qu'on en vient à se confronter à l'autre extrême, soit l'endossement de l'obésité ? Infirmière et sexologue, voilà que mes deux solitudes professionnelles s'opposent et pas juste un peu.

« Aimez-vous », disait-il. Bien sûr qu'il va de soi que l'amour propre, l'estime personnelle, la confiance passent énormément par l'acceptation de cette enveloppe que constitue le corps humain. 

Combien d'entre vous, femmes, ne vous définissez que par ce pli de peau, ce double menton, ces seins tombants ou ces fesses généreuses ? 

Exit yeux verts, chevelures satinées, bouches en coeur, jambes infinies ou taille menue, ce que vous qualifiez de défauts briment tout. Êtes-vous heureuses ? 

Dans l'oeil de la personne qui regarde

Je me tue à le répéter, la beauté n'est que dans l'oeil de la personne qui regarde et non dans les pages de toutes ces revues prônant le mensonge, dans ces publicités ô combien hypocrites et par l'image de ces pseudo vedettes que l'on proclame « atypiques » grâce à une féminité faite de silicone. Et si cet oeil était d'abord le vôtre ? 

Au-delà du discutable indice de masse corporelle, de l'oscillement de l'aiguille sur la balance, d'une grandeur de pantalon, la sexologue en moi croit réellement que la société a oublié que le corps sait quoi faire, comment faire et surtout comment se comporter pour maintenir SON niveau de santé. 

Quand la tête veut gérer le « body », rien n'est réglé et nous savons d'avance qui va gagner ! Les conséquences de ces régimes miracles n'en sont pas la preuve ? 

De ce fait, mangez bien, bougez bien, dormez bien, calmez-vous le bolo, jetez votre balance et laissez faire le reste ! 

Ceci dit, est-il possible que cette acceptation devienne un ennemi considérable ? 

Comprenez bien l'infirmière en moi. Au-delà de tout ce charabia, comment mettre de côté sa propre santé au détriment de son image, dites-le-moi ? 

Apparence inquiétante

Je me dois d'être honnête envers vous. Quand je vois cette femme affichant les caractéristiques de l'obésité, aussi bien dans sa peau soit-elle, ce n'est pas de l'approbation que je ressens, mais plutôt de l'inquiétude envers son taux d'hémoglobine glyquée, de cholestérolémie, d'enzymes hépatiques, alouette. 

La graisse est dangereuse, possiblement autant que la cigarette et le soleil, le saviez-vous ? 

Pourquoi alors banaliser le surplus de poids comme s'il n'était pas précurseur d'un potentiel pathologique désastreux ? Peser 250 livres à 25 ans, c'est une chose. En peser autant toute sa vie, une autre affaire médicalement parlant, croyez-le. Alors, impossible selon moi de balayer les facteurs de risques et ce, même au prix de la diversité, désolée. 

Ainsi, à mes yeux, la diversité corporelle est un essentiel que notre société se doit de valoriser dans les limites de ce que le corps peut tolérer à court, moyen et surtout long terme. 

De valoriser ces 100, 200, 300 livres en surplus comme étant seulement et uniquement une histoire de disparité voulant varier les modèles, c'est de l'inconscience pure et dure minimisant l'impact sur la santé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer