Les transformations de l'adolescence

Le corps subit plusieurs changements à l'adolescence qui... (Photo 123rf)

Agrandir

Le corps subit plusieurs changements à l'adolescence qui suscitent questionnements et incertitudes.

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Boucher
Le Quotidien

SEXOLOGIE / À pas de tortue ou à vitesse grand V, abondamment ou pas suffisamment, discrètement ou encore importunément, les changements physiques de l'adolescence, en voilà un programme pour lequel tu n'as pas grand contrôle! Bras jusqu'aux genoux, moustaches molles, points noirs en collection, voix mutante, seins gargantuesques, menstruations tardives, pénis de gamin, dents de la mer... Comment se retrouver dans ce corps que tu ne reconnais peut être plus et qui, en plus, ne se transforme ni en même temps, ni au même tempo, ni de la même façon que celui de tes copains-copines? Les modifications corporelles à l'adolescence, parlons-en.

À chacun sa transformation

Miroir, miroir, suis-je normal? Bien que sûr que tu es normal, peu importe ce à quoi tu ressembles, puisqu'aucune valeur dite «normale» n'est mesurable à l'adolescence. Ce que je tente de t'expliquer, c'est qu'il n'y a pas de normes existantes spécifiques disant, à titre d'exemple, que tous les garçons de 14 ans devraient mesurer précisément 1,75 m, que les filles de 15 ans devraient porter un bonnet C comme brassière et que les boutons, à 16 ans, tous leur diront bye-bye. C'est selon.

Patience est d'or

La puberté, premier pas vers les transformations physiques avant l'adolescence, débute habituellement autour de 11 et 12 ans. Ceci étant dit, il y a ceux qui sont pubères à 8 ans et d'autres, pas avant leur quatorzième anniversaire. La patience devient alors une vertu nécessaire lorsqu'il s'agit d'attendre le réveil ou encore le ralentissement de ces fameuses hormones! Un peu à l'image de ton coeur qui bat ou de tes poumons se gonflant, rien n'est en ton pouvoir de contrôler quoi que ce soit. Ne reste alors qu'à attendre que ça commence, ou encore que ça finisse. 

Techniquement, une poussée de croissance devrait débuter ta « métamorphose ». Quand les « matantes » de Montréal te disent que tu as grandi au cours de l'été, c'est bon signe! Viennent ensuite ce qui semble le plus gênant, ce qui risque parfois de t'embarrasser : seins qui poussent, voix qui mue, poils ici et là, acné, etc. À ceci se chevauchent les marques sexuelles: soit les menstruations chez les filles et l'éjaculation chez les gars.

La beauté dans l'oeil de celui qui regarde

D'ailleurs, pourquoi ce désir de vouloir compléter cette transformation si rapidement? J'ai demandé à ces jeunes d'environ ton âge de m'expliquer les raisons pour lesquelles le feu est presque pris quand il s'agit de transformations physiques. Tous et toutes, unanimement, m'ont expliqué détester telle ou telle partie de leur corps, se trouver pas assez ci ou trop cela, avoir hâte de ressembler à je-ne-pas-trop-qui-de-hot, blablabla. «Aux yeux de qui, de quoi, pour qui, pour quoi?» ai-je eu envie de leur demander.

Et toi, t'es-tu forgé un modèle précis de ce à quoi tu devrais ressembler pour être cette personne dite «belle»? Si tel est le cas, ERREUR, te dirais-je, en lettres majuscules. 

N'as-tu pas pensé que tu étais déjà beau aujourd'hui et maintenant? Tes boutons, tes cheveux gras, tes jambes maigres ou peu importe ce qui te semble pour le moment désastreux, ne sont en réalité qu'une petite partie de toi.

Ta beauté, c'est d'abord et avant tout toi, au complet, de la tête au pied. Mise sur ce qui te plaît et laisse de côté ces défauts qui t'empêchent de voir ce merveilleux tout que tu es. Ton estime personnelle en bénéficiera. À ton miroir!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer