Quand l'orgasme n'en finit plus

Le syndrome d'excitation sexuelle permanent se voit souvent... (123RF)

Agrandir

Le syndrome d'excitation sexuelle permanent se voit souvent discuté, contesté et mitigé bien qu'il fasse sensation dans les émissions où règnent ces anecdotes sexuelles des plus sensationnelles.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / « Allo Myriam, J'ai une question à te poser par rapport à l'orgasme féminin. Quand mon chum et moi avons des relations sexuelles (qui durent en moyenne 20 minutes), je jouis seulement avec stimulation du clitoris. Le truc qui me chicote, c'est que l'orgasme ne s'arrête jamais. C'est moi qui y mets fin. Soit parce que je ne sens plus mes orteils tellement le plaisir est fort, soit parce que je sais qu'il a terminé depuis quelques minutes. Ça commence à être long et je me dis que ça serait peut-être le temps que je finisse.

Alors je me demandais si, comme l'homme finissant avec l'éjaculation, l'orgasme féminin s'arrêtait à un moment donné ou si le plaisir dure tant et aussi longtemps qu'il y a stimulation. C'est le seul homme que j'ai connu alors je n'ai donc pas de comparatif avec d'autres relations.

Merci. Je surveillerai tes chroniques pour voir si tu me réponds. »

L'orgasme éternel ! Comme quoi il y a « tout un, tout l'autre » en termes de satisfaction sexuelle. Bien que plusieurs voudront souligner cette chance de vivre ce bonheur souvent trop bref, voire même absent, le plaisir ad vitam aeternam représente certes un problème en soi, tel que vous le témoignez si bien.

Madame, commençons par démystifier cette troisième phase de la réponse sexuelle que vous vivez via l'orgasme clitoridien. Bien que toutes les femmes soient aptes physiquement à atteindre ce dernier, aucune d'entre elles ne le vivra de la même façon. Les méthodes pour y arriver, sa fréquence, son intensité et bien entendu sa durée sont tous des facteurs variables.

Chez vous, une hypothèse me vient en tête malgré la faible quantité de données décrites. Il porte sur la multiplication de l'orgasme appelée poly ou multiorgasmie. Vous aurez compris que ce dernier consiste à vivre plus d'un orgasme dans une même relation sexuelle. « Venir en grand nombre », tel que le qualifient certaines littératures, apporte effectivement son lot de confusion si chaque orgasme se voit vécu de façon très rapprochée. Exit alors possibilité de jouir une « grosse » fois à ne plus en finir, il s'agirait plutôt de jouir plus d'une fois successivement. Une reprise de contrôle après l'arrêt net fret sec de la stimulation peut témoigner de cette possibilité.

Secundo, il va de soi que je ne peux passer sous silence l'orgasme continu. Ce phénomène quasi cauchemardesque, mais heureusement si rare. En fait assez rare pour que ni moi ni mes autres collègues n'y ayons fait face. Le syndrome d'excitation sexuelle permanent se voit souvent discuté, contesté et mitigé bien qu'il fasse sensation dans les émissions où règnent ces anecdotes sexuelles des plus sensationnelles. Parlons encore ici d'orgasmes multiples survenant ici et là, sans nécessairement contacts sexuels et ne cessant aucunement, malgré toutes tentatives. Loin d'être votre cas.

Oui...et non

Alors, mademoiselle, à votre question cherchant à savoir si l'orgasme féminin s'arrête un jour, ma réponse est oui... et non. Oui, lorsqu'il est vécu seul, et parfois non, lorsqu'il se répète.

Ainsi, pour votre satisfaction, mais aussi pour la santé de vos orteils, je vous suggère de vous faire maître de la stimulation clitoridienne en choisissant quand commencer, mais aussi à quel moment arrêter ! Ce sera selon...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer