Prince charmant et femme de rêve

Est-ce que le prince charmant existe?... (Photo 123rf)

Agrandir

Est-ce que le prince charmant existe?

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / «Mon homme idéal aura entre 37 et 39 ans... Il sera assez grand, mais pas trop, costaud du torse, brun et pas roux, je déteste les roux. Il ne portera pas de chaînes ni bagues, eurk, il n'aimera pas le hockey, aura toujours bonne haleine et, finalement, ne sera pas un travailleur de la construction. »

« Moi, la femme de mes rêves, ne sera pas plus grande que moi avec des talons, aura les dents blanches et les seins de la grosseur de ma main. Elle cuisinera comme ma mère, gagnera son propre argent, ne voudra pas d'enfant et aimera mes amis. »

Avec une pareille description, laissez-moi de prime abord vous souhaiter bonne chance ! Oui, un gros « merde » pour les superstitieux qui, je le suppose, en plus d'être munis d'une liste exhaustive de critères de sélection, possèdent cette vertu que l'on appelle la patience. À trop chercher ce qu'il y a de pointu, ne serait-ce possible de passer à côté de l'imminence ? Voyons-y. 

Exigeant, pourquoi ? 

De savoir ce que l'on veut, mais aussi ce que l'on ne veut pas, ou plus, est une bonne chose en soi. 

Ceci dit, il est primordial de distinguer les notions de la généralité versus celles de la spécificité. Bien que caricaturales, ces définitions de la « personne idéale » mentionnées ci-dessus représentent certes ces exigences trop spécifiques resserrant toujours un peu plus l'entonnoir des personnes dignes de fréquentations.

Effectivement, puisqu'à bien y penser, la personne idéale existe-t-elle vraiment ? Bien sûr que non, pas plus que ni vous ni moi ne sommes parfaits en tout point. Il devient donc fortement limitatif d'exiger constamment ceci ou cela chez l'autre. Le but n'est-il pas de trouver SA complémentarité ? Alors, pourquoi vouloir dès le premier regard combler des besoins plutôt individuels ?

Trop difficile pour l'amour ?

Il y en a de ceux-là ! Ceux qui poussent la note à un physique concis, des traits de caractère absolus, des aspirations distinctes, une profession minimale et j'en passe. Comme quoi chercher une aiguille dans une botte de foin ne leur fait pas plus peur que la crainte de rester seul. 

Oui, les échecs amoureux répétitifs et le célibat ad vitam aeternam deviennent plus probables que la découverte de l'être cher. 

Mais la réelle question face à ce constat reste à savoir si la personne prospectrice cherche réellement à trouver ou que cette idéalisation descriptive représente plutôt l'alibi, peut-être inconsciente, pour rester seule ? 

Un mode de protection face au bonheur (il y a de ces gens qui y sont allergiques), à l'obligation de s'ouvrir et de se donner à l'autre ou encore de fermer la porte à la possibilité de souffrir. 

Soyez réalistes et ouverts ! 

Absolument ! Et si le prince charmant ou la femme de vos rêves étaient l'antipode de ce que vous avez espéré ! Fort possible puisqu'à trop regarder un seul arbre, on oublie la beauté de la forêt, m'a-t-on déjà dit. L'amour est un concept en constante évolution permettant les merveilles de la découverte. Les défauts pouvant devenir charmants et les qualités parfois désoeuvrantes, laissez tomber vos oeillères. N'exigez pas plus que ce que vous êtes vous-mêmes et soyez ouverts à la nouveauté. Donnez des chances, des fois que ça ferait ! Bonne chance.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer