Le sacrifice de la dignité

CHRONIQUE / « Moi, je n'écoute pas la TV... » (123RF/Alexandr Chubarov)

Agrandir

123RF/Alexandr Chubarov

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / « Moi, je n'écoute pas la TV... »

Les oreilles me frisent toujours quand j'entends cette affirmation. Comme si la panoplie d'émissions proposées par toutes ces chaînes n'était pas suffisante pour combler tout le monde. Voyons donc ! Je me dis qu'il est franchement impossible de ne pas y trouver son compte, à moins d'écouter la série docu-réalité Barmaids ! Excluant la narcolepsie, voilà l'exception susceptible de modifier mon opinion ; l'exception qui pourrait faire en sorte que mon téléviseur se retrouve sur le bord du chemin, un matin de vente de garage. 

« Six filles de caractère qui n'ont pas la langue dans leur poche... qui aiment faire la fête et qui nous partagent leur mode de vie de barmaids. »

Un descriptif sommaire qu'offre le site NOOVO sur cette émission qui me semble relativement injuste face à la femme typique choisissant d'exercer le métier de serveuse derrière un bar. En fait, même à mille lieues de cette réalité. J'ose imaginer que plusieurs se voient magistralement insultées par un tel portrait et un mode de vie aussi superficiel. 

Peinture folklorique de la nunuche

J'en connais moi des serveuses. Mes cousines, des amies, des collègues ont été ou sont encore serveuses et en aucun temps je les associe à ces personnages stéréotypés respirant l'hypersexualité, les moeurs légères, un physique « repimpé », une ouverture sexuelle d'ordre public et, bien entendu, un cerveau qui n'est visiblement pas exploité à sa pleine mesure. 

Bien au-delà d'un portrait général portant sur cette façon de gagner sa vie, ce programme m'apparaît davantage une peinture folklorique de la femme nunuche à la puissance mille. Ma question pose donc davantage à chercher pourquoi certaines acceptent de s'exposer publiquement en frôlant ce qu'il y a de plus bas en termes d'amour propre, de respect, d'intégrité ? 

Pourquoi ?

Honnêtement, voici ma quête. Comprendre les raisons pour lesquelles une personne, une femme, choisit de s'impliquer, de se dévoiler, d'offrir tout contrôle sur l'image qu'elle dégagera ? Qu'a-t-elle à gagner ? Qu'a-t-elle à perdre ? L'exposition de sa vulnérabilité a certainement un prix. Reste à savoir si les principales gagnantes sont réellement ces six jeunes femmes qui, possiblement, sont victimes d'une seule facette de leur personnalité. 

Barmaids ou autres, à quand une télé-réalité montrant des filles, des femmes proposant autre chose qu'une poitrine, des ongles et des cils, une superficialité issue d'une probable fragilité ? Je veux dans ma télé des idées, des postulats brillants, un avenir prometteur, une avancée positive sur la féminité, des personnages inspirants ! Dites-moi quand une éthique de la télé-réalité s'imposera, parce que ça presse !

Hommes vs femmes

Pour un ratio de divertissement m'apparaissant équivalent, une autre chaîne me propose de partager la pseudo-réalité de danseurs nus. L'humain à l'état brut, encore une fois à une différence près. Plutôt que pathétiques, ces hommes sont décrits comme des Dieux de la scène avec comme harem, vous l'aurez deviné, des femmes en pâmoison. De barmaids à Dieu, un monde de clichés pas si éloignés...

On a décrit ces femmes derrière les bars comme étant fortes et permettant de mettre tout système nerveux à off. Pour moi, c'est autre chose. Je les vois belles, certes, naïves, officiellement. Le sacrifice de leur dignité pour le plaisir de l'autre, je dirai toujours non.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer