Punir par la privation

« Attends un peu lui ! Qu'il se souvienne bien de la dernière fois où il a eu... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

« Attends un peu lui ! Qu'il se souvienne bien de la dernière fois où il a eu du sexe ! Il va s'user la paume des mains pour un sacré bout de temps à force de se masturber. Fiez-vous sur moi qu'il va sécher un bon mois... »

Oh boy, fâchée la madame ! Après cette pareille confidence, mon analyse sexologique m'a d'abord poussée à croire que ce vilain avait probablement dû dépenser la totalité des économies du couple, mener une double vie à Tombouctou ou encore planifier la troisième guerre mondiale. Mais non, ce pauvre badin avait accumulé 10 minutes de retard à un rendez-vous. Un « poireautage » qu'il payera cher ! 

Bien qu'à chacun son niveau de tolérance face aux bévues de l'autre, la punition sexuelle représente-t-elle une stratégie juste et acceptable ? Voyons-y. 

NON ! En voilà une réponse simple ; non ! Aucun motif, grave ou pas, ne justifie de régler ses comptes par le biais de la sexualité pour la simple et bonne raison que cette dernière n'est en aucun temps négociable, monnayable, ou encore synonyme de valeur marchande. Il ne s'agit pas non plus de gâterie, récompense ou encore d'objet d'échange. Alors, je le répète ; non ! 

Pourquoi agir ainsi ?

Il semble difficile, aux yeux de certains, de différencier la possibilité de vivre une absence de désir sexuel à l'égard de l'autre, à la suite d'une déception, un malaise, une chicane ou peu importe versus la nécessité d'une prise de contrôle à l'égard du besoin sexuel de ce dernier. Personne n'a soif d'une nuit torride lorsque le climat est tendu, c'est une évidence ! 

Vient ainsi alors, chez ceux-ci, la nécessité de punir l'autre en le privant sexuellement. Est-ce une soupape d'évacuation, une échappatoire, une vengeance, de la pure méchanceté ou tout simplement une incapacité à communiquer ses frustrations ? Seul un travail personnel pourrait l'affirmer. 

Contraindre, c'est aussi de la violence

Quand on pense à la violence sexuelle, c'est au pire que l'on pense toujours : abus, viol, coups et j'en passe. Pourtant, la manipulation, le contrôle, et la privation en sont aussi une forme, aussi subtile puisse-t-elle être et ce, même au sein du couple. Le saviez-vous ? De contraindre son ou sa partenaire d'affection, d'amour, de sentiments positifs dans une visée individuelle a nécessairement un impact sur la victime. 

Le grand perdant, c'est qui ? 

Voici certainement une question sur laquelle il vaut la peine de s'attarder. Ma mère nous disait toujours, à nous ses enfants trop souvent en colère, « tu auras deux peines : celle de te fâcher et celle de te défâcher ». Bien raison la Charlotte et dans ce contexte, j'ajouterai « ...et la peine de ne pas baiser » ! Entre vous et moi, en y pensant bien, la punition sexuelle se voit à double tranchant puisqu'un partenaire relayé « au coin du sexe » restreindra automatiquement le détenteur des ficelles. Un pensez-y bien !

Quoi faire alors ? 

Quitte à radoter encore une fois, je vous répète aujourd'hui que dans une vie à deux, la prémisse de base est et restera toujours la sacrosainte communication. De ce fait, la meilleure façon de passer un message, faire comprendre une insatisfaction réelle devant un comportement qui vous semble répréhensible ou plutôt juste d'exprimer un malaise, c'est de le dire, point final. Exit reproches, accusations, blâmes, et toute cette escalade menant directement au conflit. Au-delà du fameux TU, parlez de vous un peu en utilisant le JE. 

« Je suis déçu, j'aurais aimé ne pas attendre si longtemps, je ne suis pas d'accord avec toi, etc. »

Peut-être voici la meilleure stratégie pour régler subito presto vos chicanes de couple, vous coucher en harmonie et qui sait, célébrer vos réconciliations sous la couette ! Bonne nuit les ex-boudeurs !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer