La fiancée expirée

CHRONIQUE / Je suis une fiancée expirée, passée date, de seconde main. Du... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je suis une fiancée expirée, passée date, de seconde main. Du moins, c'est ce que j'ai conclu après 11 ans d'attente vaine face à la grande demande. Me marier, ce que j'aurais aimé ça!

La robe à froufrous, le voile, le caillou, les bouquetières, le souper, le gâteau, la veillée... de quoi redonner envie à Kate Middleton de convier une seconde fois par souci de jalousie. Si j'avais pu, je vous aurais garanti toute une noce!

En fait, j'aurais pu! À condition d'échanger chéri d'amour pour un autre. Offre que j'aurais probablement considérée s'il avait été bourré de défauts. Mais non, sa seule faille se limite au fait qu'il ne partage pas mon intérêt pour cette célébration. Il y a pire...

«Peut-être plus tard» me radote-t-il depuis 20 ans. J'ai donc abdiqué, car j'ai compris que «plus tard» se rapporterait à quand mes cernes descendraient jusqu'aux coudes, que mes cheveux seraient courts et permanentés, que mes bouquetières seraient troquées par mes petites-filles au lieu de mes filles et que je n'aurais plus la force de consommer ma lune de miel! Aussi bien dire JAMAIS!

Mais mis à part l'aspect légal faisant tant fantasmer mon amie notaire, qu'aurait tant changé le mariage dans ma vie?

C'est certain qu'après nos études, nos enfants, nos chiens, notre maison, nos voitures, notre plan de retraite en commun et tout le tralala législatif, il est officiel que l'engagement est là. Sur ce point, il n'y a rien à craindre. Qu'y a-t-il à ajouter alors? Pour lui et les autres de son clan, des arguments pour choisir le mariage, j'en ai!

Pour célébrer l'amour

Justement, après tout ce temps, tous ces fameux gages d'alliance ô combien laborieux et officiels, les couples ne s'unissent plus par obligations comme le faisaient plusieurs autrefois. Exit la peur du péché mortel, la pression sociale de faire comme tout le monde, l'envie d'une famille ou la nécessité de se faire prendre en charge par son homme. En 2016, il n'y a plus de contraintes. Au-delà d'une nécessité, un peu comme une déclaration, cet évènement permet de crier haut et fort qu'on aime l'autre, sans attendre plus.

Pour la famille et les enfants

Qu'y a-t-il de plus beau que de voir son père et sa mère amoureux? Malgré les haut-le-coeur simulés par les enfants plus vieux voyant maman donner un petit bec sec à papa, TOUS se voient sécurisés au sein d'un foyer où baigne l'amour. De constater l'union de ces derniers ajoute certainement, selon moi, force et solidité à la filiation familiale.

Parce que les études sont du bord du mariage!

Être marié, c'est bon pour le couple. Je n'invente rien, les chiffres le disent! Les couples mariés sont supposément plus heureux, plus fidèles, plus en santé, plus sexuellement satisfaits, se séparent moins, alouette! Une plus-value...

Parce que c'est une valeur personnelle

Pas besoin d'être la personne la plus pieuse, pratiquante ou fière représentante de la Bonne Nouvelle pour voir l'aspect spirituel gravitant autour de la cérémonie du mariage religieux. De choisir de faire bénir sa destinée, ça compte pour plusieurs autant par convictions, croyances ou encore traditions familiales. Bien que différente, cette valeur symbolique reste encore aujourd'hui importante.

Se marier... why not coconut? Avec une pareille argumentation, je mets tout mon espoir sur le réveillon 2016 pour offrir ma douce main. Sinon, je vous le souhaite, à vous tous et toutes qui y rêvez!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer