Le micropénis

Dans les petits pots, les meilleurs onguents?... (Photo 123rf)

Agrandir

Dans les petits pots, les meilleurs onguents?

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / «Myriam, il paraîtrait que la cousine-de-l'amie-de-la-belle-soeur-de-la-collègue-de-mon-frère a un chum qui a tellement un petit pénis qu'il ne peut même pas faire l'amour! La pauvre, penses-tu que c'est vrai?»

Plutôt le pauvre, aurais-je envie de corriger puisque qu'avec une pareille réputation, voilà de quoi restreindre son estime personnelle au-delà de celle de cette parente plus qu'éloignée! En sachant que le pénis représente quasi officiellement le prolongement même de la masculinité proprement dite de par sa taille, sa grosseur, son potentiel érectile, ses attributs reproducteurs et, lors d'un bon usage, son pouvoir d'amener l'autre au septième ciel, inutile de préciser que tous le souhaitent au minimum d'allure et de capacités standards! Qu'advient-il alors de l'homme possédant un micropénis?

C'est quoi?

Je ne surprendrai personne en affirmant qu'il s'agit d'un pénis plus petit que les mesures conformes dites «normales». Au diable la circonférence, parlons ici plutôt de taille. Bon, en sortant les gallons, certaines littératures qualifient sa longueur étalon (animal paradoxal) de 4 cm et moins à l'état de flaccidité et de 7 à 8 cm en érection. Cette dimension que certains qualifieront par petitesse peut trouver son explication par des causes hormonales, génétiques, chromosomiques, obésité ou encore par rien de rien. Quelques rares hommes ont des petits pénis, voilà tout!

Comment se porte le propriétaire?

Mal, semble-t-il! C'est en fait ce que ressortent diverses études. Syndrome du vestiaire, manque d'estime, complexes, sexualité souvent réprimée, dysmorphophobie, solitude, anxiété et j'en passe. Il rêve d'un pénis au gabarit adéquat et semble-t-il qu'il n'est pas le seul.

Avouons-le, messieurs, vous êtes plus d'un à craindre la demi-portion pénienne à l'image d'un compatriote sportif à la verge de dinosaure ou d'un acteur pornographique au bout d'homme quasi démentiel. Ceci dit, différents urologues ont rapporté un grand nombre de consultations à cet égard ne méritant aucunement un titre d'hypoplasie du pénis. Et si, encore là, il ne s'agissait pas encore là d'une histoire de confiance nécessitant davantage la sexologue que le médecin spécialiste?

Sexuellement parlant, C'est fonctionnel?

Sachant qu'environ 90% des personnes actives sexuellement sont hétérosexuels et que seulement 20% des femmes atteignent l'orgasme seulement et uniquement vaginalement, voilà de quoi ne pas trop se tracasser, non? Plus sérieusement, bien qu'elle puisse être moins efficace s'il y a désir de profondeur, la pénétration reste certainement possible! Tout est une question d'adaptation.

Qui dit que plaisir rime avec grosseur de pénis? À ce dernier je préciserai qu'il est totalement dans l'erreur! Tant le propriétaire de cet engin que sa douce moitié peuvent connaître l'apogée.

L'érection n'étant en aucun temps altérée, l'univers des possibilités se voit donc alors accessible. Au-delà de toute cette mécanique gravitant autour de l'argot du sexe, il est primordial de revenir à la base d'une sexualité épanouissante qui rime avec tendresse, sensualité, respect, affection, complicité...

Je finirai en mentionnant aux quelques-uns qui ont un vrai de vrai micropénis, la chirurgie visant l'accroissement (phalloplastie) peut s'avérer parfois une option. Pour les autres, je vous répéterai de vivre en harmonie avec cet abouti qui fait votre charme. Pour le reste, qui sait, peut-être que le dicton voulant que dans les petits pots il y ait les meilleurs onguents s'applique? À voir!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer