L'art de finir la relation sexuelle

L'appel du petit dodo après l'amour, qui n'a... (Photo 123RF)

Agrandir

L'appel du petit dodo après l'amour, qui n'a jamais vécu ça?

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Et voilà le travail achevé! La relation sexuelle vient de se terminer. Qu'est-ce qui est censé s'en suivre: tendresse, cigarette, sauvette, salle de bain, bras de Morphée, prise deux, alouette? Il y a lieu de se questionner sur cette réalité. Après ce pareil partage qu'est censée être cette dernière, l'étiquette post-coïtale est-elle de mise? Et s'il y avait, ou peut-être pas, une marche à suivre pour boucler le sexe? Voyons-y en explorant d'abord les scénarios plus que souvent rapportés.

«Quand il a eu ce qu'il voulait, il se tourne de bord, ce n'est pas trop long...»

Oh boy! Cette phrase vous dit quelque chose mesdames et peut être aussi messieurs? Bien que souvent répertorié chez la gent féminine, ce type de reproche tente, maladroitement, de dénoncer un type d'indépendance pouvant être interprété comme un possible rejet. Pourquoi un tel refroidissement? Est-ce dû au fait d'être enfin débarrassé d'une tâche lourde, de n'avoir plus besoin de l'autre suite au comblement, réciproque ou non, d'un besoin physique ou tout simplement pour une simple envie de passer à autre chose? À vous de comprendre!

Elle saute se laver, comme si elle sortait d'une grosse journée à la «shop!»

Cette fameuse propreté que plusieurs recherchent. Un peu à l'instar de notre société aseptisée, le sexe peut être perçu, encore aujourd'hui, comme étant tributaire de souillures, mauvaises odeurs, sensations d'avoir la «région chaude» moins propre, vous voyez ce dont je parle? Bien sûr qu'il peut être insultant de voir son amour se précipiter dans la douche, comme s'il s'agissait d'une urgence nationale d'origine cytotoxique, après un contact peau à peau. Le sexe, ce n'est pas la lèpre, rien ne presse!

Aussitôt endormi!

L'appel du petit dodo après l'amour, qui n'a jamais vécu ça? Contrairement aux deux mises en scène précédentes, cet appel du sommeil peut s'expliquer physiquement parlant. Puisque les rapports sexuels se voient souvent initiés en soirée, il n'est pas rare que les efforts demandés s'additionnent à une longue journée d'ouvrage! Faire l'amour, c'est demandant! Secundo, l'orgasme provoquant la libération d'endorphines, soit l'hormone de la détente, certains se voient incapables d'y résister sans s'endormir!

Bien que plusieurs puissent attribuer la notion du «aussitôt fini, aussitôt parti» aux rencontres d'un seul soir, elle peut aussi prendre diverses tangentes au sein du couple. L'envie de fumer, de vider le frigo, de renouer avec la télé ou peu importe en sont de bons exemples. Comme si la proximité du couple avait l'effet d'un cactus, vite, la poudre d'escampette se voit une nécessité. À quoi rime ce sauve-qui-peut?

«Alors, si on ne peut pas regagner son côté de lit, se faire une petite toilette, roupiller ou encore prendre le bord du salon après le sexe, on est supposé faire quoi?», vous attendais-je m'interroger avec un brin d'impatience!

Loin de moi l'idée de vouloir vous imposer une discussion existentielle à ne plus finir du type: as-tu aimé ça, qu'est-ce que tu as le plus aimé, m'aimes-tu, combien sur 10 tu as joui, patati patata? Mais entre ça et rien du tout, un minimum de décorum post-coïtal m'apparaît nécessaire tant pour l'homme que pour la femme.

Pourquoi ne pas conclure cette phase d'intimité qu'est la relation sexuelle pour vivre aussi les «plaisirs de l'après». S'enquérir du plaisir de l'autre et de son niveau de satisfaction, vivre quelques minutes d'enlacement, de mots doux, de remerciement, s'endormir en cuiller, en voilà de belles façons de clore un ébat amoureux. Voilà deux minutes bien investies qui bonifieront votre couple, croyez-moi!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer