Célibataire et heureux qui le veut!

La vie de célibataire est parfois un choix... (Photo 123rf)

Agrandir

La vie de célibataire est parfois un choix réfléchi.

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / La vision du célibataire endurci ramène officiellement, pour plus d'un, à l'image du vieux garçon bourré de tics et de manies douteuses, à la bonne Sainte-Catherine qui a passé son tour à force de dévouement envers autrui, au timide qui, juste à l'idée de «frencher», faiblit ou encore au personnage odieux dont personne, ni même pour gagner son ciel, ne chercherait à s'embarrasser!

Et si le célibat était plutôt un choix, un mode de vie souhaité et assumé par des gens qui, comme vous et moi, vivent le bonheur avec eux et... eux seul? Histoire de changer une idéologie possiblement préconçue, envisageons ce matin ce dernier autrement.

Pourquoi une pareille connotation négative?

Passer sa vie seule, disons-le, c'est mal vu. Beaucoup trop égoïste pour partager son quotidien, elle ne doit pas être endurable, c'est un homosexuel refoulé, elle s'est résignée à ne pas «pogner» ...

En voilà des hypothèses préétablies à l'égard du célibataire! Rien de trop surprenant puisque la société préconise encore ce modèle supposément idéal qu'est le couple, de préférence hétérosexuel, bien entendu. À quelques exceptions près, on ne voit que lui et ses supposés archétypes de bonheurs. Téléromans, publicités, articles sur le couple, sites de rencontres, blablabla, toujours monsieur-madame se défigurant du regard avec des pupilles en forme de coeur. À croire que la vie de couple est un long fleuve tranquille lassant, non?

Les autres vous veulent en couple, subtilement ou moins!

Les autres comme ma tante, parrain, cousin éloigné et tous les autres que vous voyez deux fois par année. Vous êtes célibataire? Alors, sachez que vous créez le malaise, l'indifférence, le laisser pour compte, celui que l'on doit prendre en charge! Telle une condamnation à potentiellement-rater-sa-vie si vous n'avez pas la corde au cou, l'entourage se voit souvent l'objet de coercition anti-célibat en cherchant à tout prix à vous caser une fois pour toutes.

Vient ensuite l'histoire de l'horloge biologique.

La pression est forte auprès de ces esseulés de célibataires et encore plus sur ces demoiselles soufflant de plus en plus de bougies. Tic tac, vite, vite, vite, un géniteur et que ça saute. Le fait de ne pas être en couple ne favorise certainement pas la reproduction de l'espèce à condition, bien entendu, que le désir de ne pas enfanter soit là puisque qui dit célibat ne dit pas nécessairement non-parentalité. À ne pas oublier!

Pourquoi choisir le célibat?

Pour l'indépendance, la liberté, l'absence de compte à rendre et de compromis, la prévention de tout désastre amoureux, la réalisation personnelle, du temps pour soi, l'absence de routine sexuelle, l'établissement de relations amicales solides, des choix professionnels optimaux, la sacro-sainte paix, quoi!

Malgré les paradoxes que m'offrent Carrie Bradshaw ou encore Sophie Paquin, ces célèbres célibataires supposément affranchies qui cherchent l'homme idéal d'une lune à l'autre, il m'est impératif de vous confirmer que oui, le bonheur associé au célibat peut devenir une exigence. Et j'en connais, hé oui des gens bien heureux, qui ne pourraient se passer de ce mode de vie, pour une période soit transitoire ou encore à longue échéance.

Puisque solitaire n'égale pas d'emblée solitude, je terminerai en vous disant de mener votre vie à bon escient, avec ou sans quelqu'un d'autre!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer