Les hauts et les bas de la puberté

CHRONIQUE / La puberté, c'est quand votre merveilleux bébé d'amour se... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / La puberté, c'est quand votre merveilleux bébé d'amour se transforme, tel un Alien, en simili adulte aux proportions douteuses! Et là, je vous parle uniquement du physique puisque c'est loin d'être tout. Oh que oui!

Entre l'espoir de reconnaître l'enfant que vous connaissez et chérissez depuis sa naissance, il y a les brides de l'étranger adoptant une attitude full-ado-pas-rapport-qui-a-réponses-à-tout! Tantôt pitbull, tantôt petit chaton, tantôt membre de la famille, tantôt isolé dans les catacombes de sa chambre avec ses potes, tantôt bras droit, tantôt membre de l'opposition... C'est à ne plus rien y comprendre!

Bien qu'extravagante la Myriam, avouez que c'est quand même un peu ça la puberté, non? Plus objectivement, on peut la qualifier grosso modo comme étant la période de transition entre l'enfance et l'adolescence où surviennent un paquet de changements à la fois physiques qu'émotionnels expliqués par les fameuses hormones, encore une fois.

Au-delà de ses seins qui poussent, de sa première moustache mollasse, de ses hanches qui se peaufinent et de sa voix passant par toutes les octaves, votre ex-poupon doit se définir, comprendre qui il est, acquérir sa personnalité propre, composer avec ses attirances sexuelles, parfaire ses goûts et préférences, conjuguer avec l'avenir qui lui semble à mille lieux, et j'en passe. Son allure ne reflète en fait que la pointe de l'iceberg imageant les transformations en cours. En voilà tout un emploi du temps!

Face à une pareille définition, je ne peux faire autrement, parents, que de vous recommander l'indulgence à la puissance dix et ce, pour un bon trois à quatre ans. Si d'être témoin de cette tempête hormonale vous chamboule, dites-vous que de la vivre est encore pire, l'aviez-vous oublié? Plutôt que d'en faire un passage obligé, accueillez ces transformations vers une avenue positive menant au passage adulte; votre enfant grandit!

Pour en revenir à ma fonction sexologique, il faut d'abord comprendre qu'en commençant sa puberté, l'enfant clôt une période tranquille en termes de sexualité. Effectivement, ne ressentant pas grand-chose entre l'âge de 6 à 11-12 ans, le pubère passe de latent à réceptif aux nouvelles sensations érogènes, aux émois quoi! Confirmant ceci, en plus de l'imaginaire fantasmatique, les réponses physiques sont réelles: augmentation de la taille des organes génitaux, érection soutenue et éjaculation chez le garçon, lubrification, maturité de l'appareil génital avec vasoconstriction chez la fille. Celui-ci fait maintenant place aux désirs sexuels et les comble à sa façon. Bonjour masturbation pour la plupart et relations sexuelles chez les plus précoces!

Ce bel enfant qui est le vôtre doit également parfaire son identité de genre en prenant maintenant les traits de l'homme et de la femme qu'il devient. Parfois affirmé, souvent influençable et en constante recherche de l'image qu'il souhaite projeter, ce dernier passe souvent pour un caméléon alors que les fonctions de l'explorateur lui collent davantage à la peau.

Et l'attirance sexuelle dans tout ça? Bien sûr que fiston ou fillette ne deviennent pas automatiquement homosexuels ou hétérosexuels à leur douzième anniversaire! L'orientation sexuelle ne saute pas sur personne, elle fait partie de soi, depuis possiblement toujours. Ceci dit, c'est à la période pubertaire qu'elle se manifeste principalement. Suis-je aux hommes, aux femmes, qu'est-ce qui m'attire? Tout un questionnaire nécessitant souvent expérimentation en guise de réponses, au grand détriment de certains parents.

Quoi faire avec ce spécimen aux longs bras qu'on a mis au monde? L'accepter, l'éclairer (même s'il pense être propriétaire du meilleur réverbère de la terre), être là (même s'il n'a supposément pas besoin de vous) et surtout, continuer à l'aimer (même s'il ne veut plus de bizous).

Puisque l'adulte, ça reste vous, l'eau dans le vin demeure encore le meilleur moyen de préserver ce qu'il y a de plus magnifique, la relation que vous avez et aurez avec ce chéri de pubère! On s'en reparle dans cinq ans...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer