«Comment on fait pour avoir un bébé?»

QUESTION DE LA SEMAINE: «Allo Myriam! On parlait de ça, mes amies et moi en fin... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

QUESTION DE LA SEMAINE: «Allo Myriam! On parlait de ça, mes amies et moi en fin de semaine, et on se demandait qu'elles sont les bonnes façons d'expliquer à nos enfants toute la question sexuelle. Exemple, comment ils ont été conçus et tout... Comment faire? Merci!»

Cette maman et ses copines ne sont certainement pas les seules à ne pas trop savoir comment s'y prendre sur le terrain de l'apprentissage sexuel de leurs enfants qui cherchent à comprendre le pourquoi du comment! Certains choisissent même de s'en soustraire, faute de savoir comment le faire. Pourtant, il incombe du rôle de chacun d'entre vous, prude ou non, de fournir les explications à vos bambins en quête de savoir.

De ce fait, parents d'aujourd'hui, mettez vos lunettes. C'est maintenant que je vous donne votre cours 101 sur les principes de l'éducation sexuelle de vos bébés d'amour souvent plus que déconcertants de par leurs propos ô combien surprenants!

Maman, comment on fait pour avoir un bébé? Papa, pourquoi mon pénis chatouille? Papa, fais-tu l'amour avec ta nouvelle blonde? Maman, c'est quoi du sperme? (Oui oui, le fils d'une amie a bien posé cette question après avoir fait « les grandes oreilles » vers une conversation d'adulte grivoise!)

De prime abord, je commencerai en vous spécifiant que les enfants ont le droit d'obtenir réponses à leurs questions. Je considère comme un privilège le fait qu'ils se tournent vers papa-maman pour assouvir leur curiosité. Imaginez... votre chérubin, de par ces petites interrogations, vous offre le monopole de son instruction sexuelle à condition, bien entendu, que vous ne lui fournissiez pas des réponses à coucher dehors!

Entendons-nous, si l'histoire des cigognes, du corbeau ou du sauvage était « in » en 1952, et bien sachez qu'elle est « out » en 2016! Un petit se faisant charrier des explications à dormir debout sur la notion de sexualité perdra vite confiance en son informateur et s'organisera autrement pour tout savoir, vous faisant perdre automatiquement tout contrôle sur l'information proposée.

Bien sûr qu'on n'éduque pas sexuellement un enfant de 4 ans comme un de 11 ans, d'où l'importance d'adapter votre langage, vos explications, vos définitions selon son niveau d'apprentissage et de compréhension. Des données claires, précises et concises et des mots justes (du genre pénis au lieu de pitoune) suffisent souvent. Pas besoin d'aller si loin, chers parents! Gardez le focus sur la question proprement dite, sans plus! Du sperme, c'est le liquide que fabriquent les papas pour faire des bébés. Voilà tout! Exit spermatozoïdes, prostate, éjaculation, spermogramme, jouissance, impuissance et j'en passe! Si ti-minou s'est contenté de cette réponse, on s'en garde pour la semaine prochaine svp... Sinon, on en ajoute un peu, voilà tout.

Maman, papa, en étant attentifs aux réactions de vos enfants, vous saurez créer un climat favorable aux confidences et aux questionnements où régneront confiance et complicité. Vous verrez, le quotidien étant morcelé de petits moments propices à la discussion, il est facile de parler sexualité ici et là, avec parcimonie, sans y faire trop de cas. Juste un peu, mais régulièrement.

Usez du bon ton! Un parent présentant une intonation enthousiaste, ouverte et propice à la discussion contente davantage l'appétit du savoir de son petit qui ne cherchera pas à toujours transgresser ce grand « tabou » qu'est la sexualité. Au contraire, une attitude fermée laissant présager la gêne, la honte, la négativité, le dégoût ou même la récrimination face à celle-ci transmettra officiellement un message faisant obstacle à tout développement sexuel sain. L'interdit attire...

Parce que la sexualité est aussi présente à 4 ans qu'à 34, 54 ou 104 ans, éduquer votre enfant de façon à ce qu'il en retire ce qu'il y a de plus beau. Le meilleur éducateur sexuel, ne l'oubliez pas, restera toujours papa ou maman.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer