La reconnaissance

CHRONIQUE / Je me dois d'introduire mon sujet en félicitant, de prime abord, la... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je me dois d'introduire mon sujet en félicitant, de prime abord, la Commission scolaire de Montréal qui fera, sous peu, un pas de géant en termes de droits et libertés envers les communautés lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres.

En effet, grande est la reconnaissance que cette dernière offre à une population en manque de support, d'accueil et de compréhension. En laissant ses étudiants transsexuels s'intégrer aux équipes sportives de leur choix, fréquenter les toilettes et les vestiaires en fonction du sexe auquel ils s'identifient et non à celui dont ils ont été dotés à la naissance, en respectant leur identification de genre, en les nommant par un prénom approprié, en usant du pronom «il» ou «elle» ou en acceptant des vêtements typiquement adaptés aux volontés de chacun, ce projet de loi à l'égard des adolescents représente certainement une révélation en soi plus qu'appropriée en 2016.

Naître dans un corps muni d'un pénis et tout le bataclan, barbe, pomme d'Adam, torse de Tarzan quand on se sent femme, c'est réellement l'horreur. Idem pour le lot de féminité incluant appareil génital féminin, menstruations mensuelles, seins, voix doucereuse et tout ce qui vient avec. Quand une personne est, physiquement, tout le contraire de ce qu'elle est réellement dans sa tête et dans son coeur, la souffrance équivaut possiblement à vivre dans une prison où déprime, révolte, malaise et mal de vivre sont plus souvent qu'autrement constants.

Pas pour rien que certaines études ont notarié qu'il y a presque un jeune transgenre canadien sur deux qui chercherait à atteindre à sa vie au cours de son adolescence. Et si c'était le vôtre? Vivre sa différence, c'est difficile, et ce, encore plus lors de cette période vulnérable. Ainsi, d'être accepté, voire soutenu par la microsociété que représente son école enlève certainement cette pression intense que vit la personne transgenre à l'égard de ses pairs, son milieu institutionnel et ses professeurs. Exit les jeux de rôles, elle peut enfin être elle-même.

Trop jeune pour changer de sexe: une lubie d'enfant!

À ceci je réponds tout faux! On ne se transforme pas en individu transgenre, on l'est, point final! Plus on agit tôt avec l'enfant qui se dit de l'autre sexe, plus il est possible d'évaluer sa quête avec des professionnels qualifiés dans le domaine, de l'aider, de retarder les changements physiques irréversibles venant avec la puberté et surtout, à l'accompagner sur une route au pavé souvent cahoteux. De retarder cette prise de conscience à l'âge adulte représenterait des dommages psychologiques, sexologiques, physiologiques et sociaux majeurs.

Ils vont tous changer de sexe maintenant, c'est la nouvelle mode!

N'ayez crainte, la transsexualité n'est pas contagieuse! En fait, on parle de 0.3% à 1% de la population canadienne ce qui représente, en fait, très peu d'individus. «Quand même plus qu'avant», penseront certains.

Heureusement! Puisqu'entre vous et moi, des transgenres refoulés, tristes, dépressifs, répondant aux assauts d'une société fermée et contraints à une religion restrictive côté identification de genre, il y en avait possiblement un char il n'y a pas si longtemps!

Une salle de bain pour «les exceptions» serait la solution?

Tant qu'à y être, avec une gommette sur la porte disant: si tu es différent, tu peux fréquenter cet endroit! NON! Adieu discrétion et bonjour discrimination ainsi qu'ostracisme! Bien qu'il n'y ait pas lieu de cacher cet état, vaut mieux parfois contrôler l'information.

Pour en finir, est-ce que la Commission scolaire de Montréal, de par cette initiative, initiera un vent de changement où enfin, chacun de nos enfants pourra s'y sentir chez lui.

À quand cette ouverture dans notre région?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer