Rester amis Facebook ou non?

CHRONIQUE / Facebook, Facebook, cher Facebook, que serait ma profession... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Facebook, Facebook, cher Facebook, que serait ma profession sexologique sans toi?

Non, mais! Juste à analyser les relations virtuelles que tu occasionnes, je dois sans cesse m'actualiser et chercher à comprendre les normes relatives que tant de gens recherchent à ton égard! Et là, je ne parle pas du travail exigé en lien avec la sexualité proprement dite, je serais beaucoup trop essoufflée d'aborder tous ces sujets d'un même coup! Ceci dit, je te dis merci Facebook, de me permettre de gagner ma croûte!

Cet élan du coeur m'a été occasionné par mon amie, voisine, idole de mes filles, «pet lover» en chef, Mélissa Viau et sa page ado du jour! Effectivement, puisque ses grands questionnements à savoir comment se comporter avec son ex via les médias sociaux m'ont semblé plus qu'opportuns autant pour les adolescents qu'elle cible que pour ma clientèle plus adulte, je vous transmets ici mes lignes de conduite sur ce sujet.

Doit-on garder notre ex dans nos contacts FB?

Oui, je crois que l'amitié post relation amoureuse est possible, mais seulement après un laps de temps précis. Puisque sur le coup, les deux partenaires ne sont pas nécessairement au même stade du deuil de la relation, il s'avère souvent impossible, pour l'un d'eux, d'entretenir tout contact sans être, la plupart du temps, malencontreusement blessé. Quand la peine est encore présente, la colère, l'espoir ou l'amour, protégez-vous en ne vous soumettant pas à toutes interprétations, vraies ou fausses, de voir l'autre vivre sa vie sans vous. Alors, je dis bye bye, via la touche «Supprimer» ET «Bloquer», jusqu'à ce que les plaies soient guéries.

Et si je garde un oeil sur cette personne histoire de savoir où elle en est?

À quoi bon? Dans quelle visée? N'est-ce pas ici une façon d'épier l'autre, histoire de cultiver une possible curiosité malsaine? Bien qu'il soit humain d'emprunter les traits du voyeuriste de temps à autre sur le profil Facebook de plusieurs, il se voit primordial, à la suite d'une rupture, de se permettre de lâcher prise de façon à se concentrer sur soi-même. Comment se recentrer, se mettre en premier plan si une sphère importante de notre attention se porte sur l'autre, sa vie, ses fréquentations, ses nouvelles relations et j'en passe? Malgré la peine, gardez l'attention sur le plus important: vous!

Facebook: la meilleure plateforme pour régler ses comptes?

NON, en majuscule à part de ça! Pointes sans scrupules, règlements de compte, vengeances sournoises en disent plus que vous ne le croyez sur vous, sur ce que vous vivez et à quel stade vous en êtes dans votre processus de séparation. Puisqu'à travers le monde abstrait de l'écran, il est facile de dépasser les bornes et d'aller trop loin en termes de méchanceté. Étant donné que les écrits restent, encore plus devant un auditoire virtuel exponentiel, évitez ce genre d'étalage émotif qui, soit dit en passant, ne mène à rien sauf à rendre les spectateurs fort mal à l'aise.

Et si l'on gardait sa vie personnelle pour soi!

Bien qu'il soit intéressant, amusant, alléchant, d'échanger un paquet d'informations sur sa vie amoureuse, est-il réellement nécessaire de publier l'étalage complet de sa relation? À tous les jours, via mes propres amis virtuels, je vois des couples se léchant quasi mutuellement le palais, se regardant avec des pupilles en forme de coeur ou encore en s'autophotographiant mi-habillés au lit.

Au lieu de publier sa vie de couple, j'ai bien envie de vous dire de la vivre vous évitant ainsi, si séparation il y avait, un panorama de cette vie à deux qui, en plus de vous avoir estropié le coeur, aura laissé des traces dans le monde immense de Facebook!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer