Ceux qui n'aiment pas le sexe

CHRONIQUE / Il n'y a pas de femmes frigides, il n'y a que des femmes mal... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Il n'y a pas de femmes frigides, il n'y a que des femmes mal baisées...

Avez-vous déjà entendu cette maxime populaire avec ce terme qui, disons-le, m'apparaît quelque peu dépassé? Moi oui, et plus d'une fois à part de cela! Pourtant, saviez-vous qu'il s'agit là d'une fausseté? Bien sûr qu'il y a des femmes «frigides», mais, et je dis bien mais, il y a aussi des hommes «frigides» ! Sachez-le!

La «frigidité sexuelle», qu'est-ce que c'est au juste?

Quelle notion abstraite difficile à définir! Souvent confondue avec la sphère des troubles sexuels tels que l'anorgasmie, les problèmes érectiles, la baisse du désir et tout le tralala, il s'agit plutôt d'une inhibition de tout intérêt à la sexualité proprement dite. Concrètement, entre vous, moi et la boîte à bois, c'est quand un individu ressent rien du tout à ce qui pourrait s'associer au sexe. Aucun effet devant une belle personne. Se faire caresser ou encore pincer implique la même réponse chez ce dernier. Jamais de désir ou d'envies coquines. Inutile de porter un protège-dessous chez la femme en cas de lubrification. Accessibilité en tout temps au jogging chez messieurs puisque l'érection se fait plutôt rare. Toutes scènes érotiques à la télévision ont le même effet qu'un téléroman quelconque. Bref, rien n'attise l'étincelle pour la simple et bonne raison qu'il n'y a pas d'étincelle...

Bien entendu, divers degrés peuvent s'appliquer à ce type de blocage et les gens vivant la «frigidité» ne sont pas tous inactifs sexuellement. Souvent en couple, à la recherche de solution, en quête de normalité ou encore tout simplement par déni de la situation, plusieurs s'adonnent aux relations sexuelles sans toutefois y éprouver tous plaisirs possibles et imaginables, juste de la mécanique. Troubles érectiles, de l'orgasme, du désir, douleurs ressenties et j'en passe deviennent alors des symptômes aux problèmes de «frigidité» ressentis.

Placide, glaçon, désertique, comment peut-on en venir là?

Plusieurs causes, autant conscientes qu'inconscientes, peuvent expliquer cette apathie vis-à-vis le sexe. Certaines personnes démontrant davantage les traits de la rigidité ne s'autorisent pas souvent la notion de plaisir dans diverses tangentes de leur vie. Comme si éprouver du plaisir était mal, il préfère s'abstenir du sentiment d'épanouissement.

Viennent ensuite les causes relatives à l'éducation. Le sexe est une obligation, un péché, c'est sale, ça pue et seules les cochonnes aiment ça! Entendre ce genre de discours des années durant peut certainement nuire au laisser-aller! Il y a aussi les problèmes d'antécédents de violence sexuelle, la maladie, la prise de médication, la consommation, les problèmes d'estime personnelle, de couple, les soucis de la vie, etc.

Des solutions à la «frigidité» ?

Qu'elle soit passagère ou encore un peu trop bien incrustée, je vous confirme que comme dans toutes situations problématiques, il y a toujours moyens de trouver une solution. Ceci dit, cette dernière implique à la fois une prise de conscience et un travail sur soi. La consultation sexologique est essentielle pour mener à l'aboutissement d'une sexualité épanouissante.

Finalement, la façon de baiser n'a aucun lien entre le fait qu'un homme ou une femme se montre «frigides». Ceci dit, oui il y a des personnes qui sont plus qu'écoeurées du sexe sous toutes formes possiblement à cause d'un partenaire inadéquat! Est-ce votre cas? À venir un de ces quatre, quand on se lasse de la sexualité avec l'autre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer