Le fantasme Baywatch

L'émission Alerte à Malibu (Baywatch, en version originale... ((Archives))

Agrandir

L'émission Alerte à Malibu (Baywatch, en version originale anglaise) a meublé l'imaginaire de bien des hommes...

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

Se faire offrir une toilette au lit par une infirmière «cochonne»; se taper une séance de parking, menottes aux mains, avec Monsieur le policier en service; venir en aide au ramoneur; quémander au cow-boy une petite chevauchée sans selle; dire adieu à la vertu de l'étudiante; supplier le pompier de diminuer l'incendie... Ça en fait ça des fantasmes! Vous avez bien compris que toute cette énumération correspond au sujet du jour et non aux loisirs auxquels je m'adonne! Qu'ont-ils donc tous en commun ces fameux fantasmes? L'uniforme, bien entendu!

C'est quoi cette mode de fantasmer sur les travailleurs portant l'uniforme? Pas nécessaire d'aller bien loin pour le constater. Passez au dépanneur du coin renouveler votre calendrier, faites un crochet au sex-shop, louez un film coquin ou organisez une démo érotique, vous verrez bien que le fantasme de l'uniforme, bien qu'il ne date pas d'hier, a toujours la cote pour mousser l'appétit sexuel.

Plus qu'un préliminaire intéressant, ce type de fantasme représente-t-il une simple question de guenilles et d'accessoires ou plutôt de rôle? La réponse se situe quelque part entre les deux, mais aussi entre une relation de pouvoir et de soumission, de docilité et d'autorité, de dominant et de dominé. En fait, il s'agit d'un tout. Le fantasme de l'uniforme, qui semble faire l'unanimité chez la plupart des couples, comporte diverses tangentes liées à l'imaginaire sexuel. Je m'explique. Qu'il soit attribuable au métier d'infirmière, homme de la construction, policier, médecin, hôtesse de l'air ou peu importe, l'uniforme vient toujours avec un scénario pouvant être joué ou encore, tout simplement, reléguer aux cognitions, aux pensées de la personne faisant en sorte d'émoustiller le désir vers un niveau toujours croissant.

Prenons, à titre d'exemple, l'histoire de Coco qui fantasme à la puissance mille sur les «lifeguards» (rien d'étonnant puisque ses premières pulsions sexuelles de pubères se sont manifestées en écoutant Alerte à Malibu). Quand sa chérie veut lui faire plaisir, elle se pare d'un maillot rouge, extra échancré, d'une flotte et d'un sifflet et se met à courir, effet ralenti et cheveux au vent, dans le passage reliant la cuisine à la chambre des maîtres. Subito presto, la tension sexuelle de Coco se manifeste l'amenant dans un état quasi second. Bien sûr, le déguisement l'excite! Il trouve sa femme magnifique dans le maillot rouge moulant sa poitrine. Mais, il y a plus que ça... Dans sa tête, il s'imagine être un champion de surf poursuivi par un requin malin. Après huit bouillons d'eau salée et le désespoir dans l'âme, que voit-il à travers les vagues du Pacifique? Nul autre que Pamela, blondeur et obus en prime, venant à sa rescousse à la belle course et en plus, assoiffée de lui. Vous l'aurez deviné, pour la remercier de lui avoir sauvé la vie, il lui fait sauvagement l'amour sur la plage.

Le fantasme de l'uniforme, c'est à ça que cela ressemble.

Un costume, officiellement, mais aussi un script que l'on peut raconter, scénariser ou encore garder pour soi, dans son imaginaire. N'oubliez en aucun temps que dans le fantasme de l'uniforme, il y a la notion de fantasme. Celle qui vous permet d'aller toujours plus loin, de vous rendre, mentalement, où vous n'osez jamais aller dans la vraie vie, de faire l'impossible, voir même l'interdit puisque ce qui se passe entre vos deux oreilles, vous appartient à vous seul. Allez, cowboys, policiers, infirmiers, médecins ou bibliothécaires, lâchez-vous!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer