Mesdames, à vos périnées!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

Mesdemoiselles, mesdames et jouvencelles, à vos lunettes! C'est à vous que je m'adresse aujourd'hui pour discuter de monsieur périnée, le mal-aimé!

Si vous êtes l'une de ces femmes qui arrondissent les yeux lorsqu'elles s'exclament de rire de peur de mouiller leur protège-slip; l'une de celles qui se croisent les jambes en faisant du trampoline ou qui se propulsent à la salle de bain à la vitesse de l'éclair avant d'éternuer, c'est que vous connaissez sûrement le muscle dont il est question. Pour les autres, laissez-moi vous présenter l'acteur de mon sujet du jour...

Dans la grosse bible des soins infirmiers en périnatalité, on ne lésine vraiment pas sur les informations relatives à son sujet. On le définit d'ailleurs, photos et dessins à l'appui, comme étant un triangle de tissu fibromusculaire situé entre la partie inférieure du vagin et l'anus soutenant la vessie, l'utérus, les intestins, rien de moins! Traduction Myriam Bouchard: c'est la peau entre le vagin et l'anus qui, tel un hamac retient, entre autres, la vessie permettant de ne pas échapper, ici et là, quelques gouttes d'urine et de serrer le vagin quand on fait l'amour... nettement plus facile à saisir, hein?

Ainsi, pour les visuelles, je répète la consigne de l'infirmière venue nous rencontrer dans ma classe de sixième année il y a de ça quelques années: prenez un miroir les filles et accroupissez-vous dessus. Vous verrez ce à quoi ressemblent vos fesses! Chose que je n'ai pas faite de peur d'être surprise en position de l'accouchée, miroir à la main et l'air ébahi. Juste à penser que quelqu'un de ma famille pouvait débarrer la porte de la salle de bain et me surprendre m'aurait certainement tuée net fret sec! Maintenant que vous savez ce dont on parle, voici les raisons me poussant à qualifier le périnée comme étant le mal-aimé. Toutes l'ignorent ou presque alors que d'en prendre soin augmente officiellement la qualité de vie, et bien entendu, et rend la sexualité possiblement plus épanouissante. Après bébé, il est évidant que ce dernier se fragilise un peu. Imaginez une bûche sortir de votre bouche, possiblement que vos joues ne seraient plus les mêmes... Idem pour le périnée (j'exagère à peine)! Ainsi, comme n'importe quel autre muscle du corps humain, il faut le développer, le pratiquer, l'étirer et ce, bien avant l'idée même d'une grossesse. Si vous avez négligé cela pour n'importe quelle raison avant la maternité, ne baissez pas les bras pour autant, il n'est jamais trop tard.

Comment faire?

D'abord de maintenir un poids respectant les normes de santé indiquées selon votre grandeur, en ne fumant pas pour éviter la toux constante, en maintenant une alimentation saine de façon à ne pas être constipée et en faisant des exercices de Kegel, cela pourra vous aider! Ceux-ci consistent, à contracter et à relâcher le muscle pubicoccygien. Autrement dit: faire comme si on fait pipi et qu'on arrête brusquement. Et voilà, un périnée qui se verra plus en forme et surtout, plus tonique et élastique. Et la beauté de la chose est qu'il n'est pas nécessaire de se rendre au gym pour entraîner son périnée. On peut le faire n'importe quand, sauf justement quand on fait pipi, pour éviter toute infection urinaire.

Plus nécessaire de l'éviter, faites de votre périnée un allié. Mon conseil du jour; pratiquez vos exercices à raison d'une série de dix contractions à chaque lumière rouge où vous arrêterez. Qui sait, si vous voyez une madame dans sa camionnette noire aux grosses lunettes et à l'allure contractée, peut être me reconnaîtrez-vous?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer