Mauvaises odeurs dans le «sous-sol»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Myriam Bouchard
Le Quotidien

«Madame, ça sent pas bon dans mon sous-sol», m'a-t-on déjà confié tout bonnement. N'étant pas tellement chevronnée en fondation de maison, j'ai tout de même cru bon, professionnellement parlant, d'offrir une réponse digne d'un entrepreneur sanitaire!

On ne laisse jamais un client au dépourvu vous saurez! «Peut-être est-ce un problème d'humidité à la suite d'un dégât d'eau ou un tapis malodorant ou un cadavre laissé par un ancien propriétaire. Je vous suggère de consulter un habitué», ai-je répondu.

La demoiselle me regarda telle une prépubère exaspérée par sa mère, pour me répondre: «Sous-sol comme dans mes bobettes! Capitch?»

Je comprends tellement que j'ai décidé, aujourd'hui, d'élaborer sur les odeurs génitales ou les «sous-sols odorants»!

Commençons par le commencement: les organes génitaux, tant féminins que masculins, dégagent des senteurs. Il s'agit là d'un phénomène tout à fait normal. Qui dit senteur ne dit pas nécessairement puanteur. Pourquoi le préciser? Parce qu'un paquet de monde ne le sait pas! Eh non. Plusieurs consultations à cet effet le prouvent. «Avez-vous des savons spéciaux pour les vagins? Où sont les serviettes hygiéniques parfumées? Existe-t-il un genre de crème à main qui sent bon, mais pour les fesses? Peut-on mettre du désodorisant sur sa vulve? Mon pénis est tout irrité, je pense l'avoir trop parfumé!»

Les pauvres organes génitaux ont la vie dure par les temps qui courent! Dépoilés, archi-nettoyés, blanchis, parfumés, «stretchés» au maximum à cause de pantalons moulants, sciés en deux par des «bobettes» à cordon... En plus, ils doivent se montrer en sentant la rose! À quand leur libération?

Qu'est-ce qui est normal? Chacun d'entre nous dégage une odeur distincte aux aisselles, aux pieds, à la bouche et, forcément, au sous-sol comme le dirait notre demoiselle! Bien sûr, il y en a qui sentent meilleur que d'autres, mais que peut-on y faire à part de se mettre copain-copine avec son arôme? Rien. Pour les femmes, selon les différentes périodes du cycle menstruel, toutes sortes de pertes vaginales peuvent amener leur lot de fragrances sans pour autant empester le voisinage. La chaleur, un effort sportif, une sudation abondante, une relation sexuelle et des dessous de nylon sont tous des facteurs pouvant contribuer à la propagation d'une possible émanation. Quoi faire pour y remédier? Se laver... sans toutefois exagérer sur l'entretien ménager! Voyons de plus près l'ABC de l'hygiène génitale nécessaire à la femme et à l'homme.

Girls, je vous informe que votre vagin est enveloppé d'un tapis de bactéries super gentilles jouant un rôle de bouclier face aux champignons, infections, microbes, etc. Cette armure se nomme la flore vaginale. Bien qu'il faille s'entretenir un minimum, le but est de le faire sans débâtir cette colonie en déséquilibrant son pH. Qui dit pH perturbé dit inconvénients, dont les odeurs nauséabondes anormales. Donc, on s'entretient à raison d'une fois par jour avec un savon doux, sans parfum ni rien! C'est suffisant! On peut aussi favoriser les petites culottes de coton et après pipi-caca, on s'essuie de l'avant vers l'arrière, et non le contraire! En cas de menstruations, on change régulièrement les serviettes sanitaires, non parfumées, et encore plus les tampons. On reste au sec en se changeant de bobette après toute activité favorisant l'humidité. Voilà tout! Exit tous les autres tralalas pour sentir bon!

Boys, bien que vos organes soient davantage extériorisés, vous semblez également vous soucier d'avoir un pénis et un «sac» aux arômes agréables. À vous aussi, je vous conseille un entretien quotidien, sans plus. Bien sûr, pour les non-circoncis, les soins du gland s'avèrent nécessaires afin de contrer les bactéries que peut contenir le smegma, source d'odeur, la plupart du temps. Sans plus.

Et voilà! Les choses sont dites. Comment ne pas finir en vous disant de consulter un professionnel de la santé en cas d'odeurs nouvelles, nauséabondes, sentant le poisson pourri ou encore si vous présentez des pertes douteuses. La règle d'or en termes d'hygiène: une toilette par jour et des condoms pour toujours!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer