Qui sont les exhibitionnistes?

Ce qui excite «M. L'homme-au-trench» au plus haut... (Photo 123rf)

Agrandir

Ce qui excite «M. L'homme-au-trench» au plus haut point, c'est de prendre les vieilles dames par surprise en leur montrant son moineau.

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

Le terme exhibitionnisme me frise les oreilles. Peut-être parce que la plupart des gens l'utilise à toutes sauces? À la vue d'une fille sexy j'entends «check l'exhibi»! Un gars peu frileux se promène en short le 2 mars, on se dit: il doit être exhibi! À la plage, une grand-mère fière de son corps de sexagénaire porte un bikini, on ne comprend rien! On apprend, via le téléphone arabe, que le voisin de droite traverse son salon flambant nu tous les soirs, on l'accuse d'être un «maudit exhibi» même si tous ses stores sont fermés à double tour...

C'est officiel, il faut qu'on en parle puisque toutes ces petites mises en scènes ne correspondent pas à de l'exhibitionnisme et ce, même si elles semblent avoir les traits de!

L'exhibitionnisme n'est pas quelque chose à prendre à la légère. En fait, il implique un malaise considérable, tant pour celui qui s'exhibe que pour ses victimes. Un exhibitionniste ne correspond en rien à monsieur et madame Tout-le-monde. Les vrais doivent correspondre à diverses caractéristiques précises que les spécialistes analysent à partir du fameux DSM-IV (la bible des critères diagnostiques en psychiatrie).

Classée dans la grande classe des paraphilies, une personne souffrant d'exhibitionnisme adore montrer ses organes génitaux au grand jour, mais se voit aussi sexuellement excitée à l'idée de le faire. L'exhibition devient nécessaire à cette excitation et dicte les comportements de l'individu. Cet état, qui doit perdurer depuis au moins six mois, devient à son apogée lorsqu'une personne étrangère se voit prise au dépourvue face à l'exposition. En termes moins théoriques, imaginez «M. L'homme-au-trench»! Lui, ce qui l'excite au plus haut point, c'est de prendre les vieilles dames par surprise en leur montrant son moineau. Plus elles sont scandalisées plus la sensation devient forte. Son rêve le plus cher est de recevoir un coup de sacoche! Toute la journée durant, il imagine des lieux, des moments, des occasions pour les surprendre et atteindre sa satisfaction sexuelle. L'image de sa femme ou d'une sexualité plus conformiste ne lui dit plus rien. Cette dernière pense d'ailleurs qu'il souffre d'impuissance, puisqu'il se voit incapable de maintenir une érection avec elle. Pourtant, elle ne demanderait pas mieux que de le voir, elle, son moineau...

L'impulsion, voire même la compulsion, de montrer son appareil génital pour atteindre une satisfaction sexuelle n'est pas sans conséquences pour l'exhibitionniste. Bien sûr, il y a l'aspect illégal relié aux gestes commis, souvent appelés grossière indécence, mais aussi toute la souffrance qui vient avec. En effet, la place qu'occupent les fantasmes devient si grande que son quotidien en devient perturbé. Revenons à «L'Homme-au-trench» qui se contente de faire les tâches pressantes au travail, le reste de son temps se résume à planifier ses exhibitions du soir. Il fréquente de moins en moins les brasseries où ses chums se retrouvent. Il n'est plus sur la même longueur d'ondes que ses derniers qui parlent uniquement d'une sexualité qui ne l'excite en rien. Pour sa vie de couple, j'en ai parlé tantôt, sa femme achève de l'endurer. Côté paternité, il quitte tous les soirs sans même prendre le temps de coucher les enfants. Bref, rien de trop jojo.

Hélas, je devrai conclure en vous disant que les statistiques sont claires, l'exhibitionnisme est davantage une paraphilie touchant les hommes et que la victimisation gravite principalement autour des femmes, des enfants et finalement, des personnes âgées. À ce titre, peu sont enclins à porter plainte. Bien sûr, parce qu'il y a banalisation de l'exposition, aussi parce qu'il n'y pas de séquelles physiques et finalement, parce qu'il est extrêmement difficile de prouver la nature des faits. Maintenant que vous avez tout compris de l'exhibitionnisme, je vous amène, la fin de semaine prochaine, en vacances où les maillots ne sont pas requis!

Des questions? Écrivez-moi: mbouchard@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer