Des enfants, non merci!

Toujours un peu embêtant de rencontrer une ancienne... (Photothèque Le Quotidien)

Agrandir

Toujours un peu embêtant de rencontrer une ancienne camarade de classe que l'on n'a pas vue depuis 15 ans. Quoi dire? «Salut, ça va? As-tu des enfants?» Comme pour plusieurs d'entre vous, ceci résume bien ma formule préférée...

Photothèque Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Myriam Bouchard
Le Quotidien

Toujours un peu embêtant de rencontrer une ancienne camarade de classe que l'on n'a pas vue depuis 15 ans. Quoi dire? «Salut, ça va? As-tu des enfants?» Comme pour plusieurs d'entre vous, ceci résume bien ma formule préférée...

«Des enfants, j'en n'ai pas parce que j'en veux pas, c'est toute!», me répond l'une de celles-ci ayant probablement rencontré 16 autres copines au cours de cette semaine-là. Pour être clair, c'est clair! J'ai bien compris que cette fille n'a pas d'enfant, par choix.

Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu deux objectifs précis: me marier avec chéri (presque fait... après 18 ans d'amour, peut être finirai-je par le convaincre de me passer la bague au doigt) et avoir quatre enfants (finalement deux, c'est en masse pour moi!). L'appel de la maternité, je ne l'ai pas développé, je suis née avec. Comme un besoin vital, viscéral, indéniable, rien au monde n'aurait pu m'empêcher d'être mère.

Je vous propose donc ma vision, bien personnelle, de ces femmes qui, contrairement à moi, décident de ne pas avoir d'enfant.

Avoir des enfants est un phénomène tendance. Partout où je vais, il y a des enfants, plein d'enfants, des tonnes d'enfants! Pas surprenant que la pression sociale soit si forte sur celles qui n'en veulent pas. Un peu comme si l'on ne voulait pas admettre qu'il soit possible d'envisager cette possibilité, ces dernières se voient souvent jugées ou encore pas prises au sérieux dans leur décision.

«Tu as encore le temps de changer d'idées, tu le regretteras ben quand tu vieilliras toute seule, on aurait tellement aimé être grands-parents, tu passes à côté d'un beau bonheur...»

Ces sous-entendus peuvent devenir lourds à la longue.

Pourtant, je vois personnellement quelque chose de responsable dans le fait de pas faire des bébés quand l'envie n'y est pas véritablement. Des enfants avec des parents qui ne les voulaient pas, il y en a beaucoup, et plusieurs en paient le prix en ayant une enfance déséquilibrée. Parce qu'un enfant, c'est tout un contrat! Un contrat d'une vie! Vaut mieux le savoir... avant! Le portrait dépeint de la maternité par les médias ne représente pas toujours nécessairement la réalité. Une maman souriante, rouleaux aux cheveux, bébé aux hanches, astiquant son lavabo après six réunions au bureau... Entre vous, moi et la boîte à bois, ce n'est pas vraiment ça, la vraie de vraie vie!

Les femmes qui ne veulent pas d'enfant sont égoïstes? Non, pas du tout. Ce type d'option repose sur des raisons fortement valables. Ne pas aimer les enfants ou encore ne pas aimer les rapports sociaux avec ces derniers peut expliquer ce choix. Vouloir être libre, miser sur sa carrière et voyager sont toutes d'autres explications possibles. Il y a aussi le fait de manquer de temps, d'argent, de mari, de ne pas entrevoir le futur d'un oeil optimiste, de trouver la Terre polluée, de préférer les animaux, etc. À chacune sa raison, s'il est vraiment nécessaire d'en avoir une!

Bien sûr, je comprends tout ça et j'ai un énorme respect envers ces femmes affirmées qui respectent leur désir.

Bien sûr, aussi, des soirs (en assumant ma double tâche de travailleuse à plus que temps plein et de maman gérant des chicanes, des devoirs, des cheveux tout en broussaille, des lunchs, du lavage et j'en passe), il m'arrive de rêver à moi, propriétaire d'un condo à Manhattan, possédant une garde-robe griffée, sans enfants, des hommes à mes pieds, écrivant la chronique Sexo dans le New York Times, libre de tout... sans obligations! Mais, toujours, mes rêvasseries se terminent de la même façon: «Maman, m'écoutes-tu? Je t'aime gros comme un cheval et tu es belle comme une sirène...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer