À la conquête du bonheur

Voici une partie des 95 élèves de la... (Photo Le Progrès, Mélissa Viau)

Agrandir

Voici une partie des 95 élèves de la Cité étudiante de Roberval qui ont participé à la création d'un livre sur le bonheur avec leur enseignante de français, Chantale Potvin.

Photo Le Progrès, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Une enseignante de français à la Cité étudiante de Roberval a trouvé une façon originale de faire découvrir à ses élèves les secrets du bonheur et de la réussite.

Depuis deux ans, Chantale Potvin propose à ses élèves de quatrième et cinquième secondaires d'interviewer des gens qui se démarquent pour leur joie de vivre et leur succès en affaires. Pour immortaliser ces précieuses confidences, madame Chantale unit ensuite les travaux pour en faire des livres. Ces recueils, d'une centaine de pages, sont remis aux jeunes auteurs qui peuvent les garder en souvenir et les relire. Le premier recueil, Cinquante secrets de réussite, est né l'an passé. Quant à La clé du bonheur, il a vu le jour il y a quelques semaines.

Seuls ou en équipe de deux, les élèves disposaient de deux mois pour poser une quinzaine de questions à une personne qui rayonne de bonheur. L'âge des sujets rencontrés varie de cinq à 90 ans. 

L'aînée des confidentes rencontrées est Rachel Thibeault, qui a raconté à Jean-Gabriel Tremblay et Cédric Ward que le succès du bonheur repose sur l'harmonie. « Accordez-vous avec tout le monde. Une dispute ne sert à rien », a répondu la dame à quelques reprises. D'ailleurs, la seule partie malheureuse de sa vie remonte à l'époque de la Deuxième Guerre mondiale. « Cette guerre nous a tous perturbés. C'était tellement dangereux », s'est remémoré madame Thibeault, qui est née en 1927.  

La plus jeune des personnes rencontrées par les élèves de la Cité étudiante de Roberval est Émile Degrandmaison, qui va à la garderie de Chambord. Frédérique Boivin et Ève Simard ont eu bien du plaisir à poser des questions à ce petit garçon débordant de joie de vivre. Il a conclu sa rencontre en disant que l'endroit dans le monde où il aimait le plus aller était à la crème glacée ! Émile nous prouve que les plaisirs de la vie n'ont pas besoin d'être immenses pour nous rendre heureux.

Donner son opinion à 12 ans

Guylaine Lapierre, une enseignante de sixième année de l'école Sainte-Bernadette à Jonquière, a appris à ses élèves qu'en sachant bien s'exprimer, il est possible de changer les choses. Angélique a profité de ce travail de rédaction d'une lettre d'opinion pour aviser la directrice de son école, Josée Huot, concernant les vestiaires de son école qui comportent quelques lacunes. Madame Huot a reçu trois lettres qu'elle prendra en considération. « Je vais répondre à chaque lettre et faire mon possible pour apporter les modifications suggérées par ces élèves qui ont su très bien exprimer leurs demandes », a confié la directrice. 

« Bonjour madame Josée,

Je suis une élève de sixième année, dans la classe 601. Je vous écris pour vous proposer d'améliorer les vestiaires du gymnase. À mon avis, ils ne sont pas vraiment adéquats.

Pour commencer, il n'y a pas assez de cabines. Par exemple, dans ma classe, nous sommes 11 filles alors nous sommes obligées de nous mettre deux par cabine, mais certaines personnes sont pudiques et ne souhaitent pas se changer avec quelqu'un.

De plus, il n'y a pas de porte. Puisqu'il n'y a pas assez de cabines, certaines filles doivent se changer à l'extérieur de celles-ci et en passant, des garçons pourraient les voir. Nous manquons d'intimité, surtout à notre âge, avec les changements qui nous arrivent nous en avons besoin.

Finalement, il devrait y avoir plus de miroirs, car plusieurs personnes après l'éducation physique aiment se regarder pour se coiffer, mais il n'y a qu'un miroir pour toutes les filles de la classe. 

En conclusion, pour l'intimité et un meilleur fonctionnement dans les vestiaires du gymnase il serait préférable de faire quelques changements. Même si je ne suis plus là l'an prochain, je pense que les jeunes des générations futures l'apprécieront beaucoup.

Acceptez, madame la directrice, mes meilleures salutations. » 

- Angélique Martin, élève de l'école Sainte-Bernadette de Jonquière




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer